La participation de Paris au SDRIF

© Paris.fr

La révision du nouveau Schéma Directeur de la Région Ile-de-France (SDRIF), lancée en septembre 2011 en vue de son adoption pour décembre 2013, a ouvert une nouvelle période d’approfondissement des réflexions menées sur l’avenir de la région et de la métropole parisienne. 

Convaincue que l’avenir du territoire parisien se joue tant sur son territoire propre que plus largement dans son imbrication avec les dynamiques territoriales et dans sa relation aux grands pôles de l’Ile-de-France et du Bassin Parisien, Paris a souhaité compléter sa contribution au schéma qui datait de 2006 et porter trois grandes idées :

– affirmer le SDRIF comme expression partagée de la cohérence de l’aménagement régional
– mettre en avant la place de Paris au cœur de la métropole, et le rôle de la métropole au cœur de la Région
– répondre à quatre défis majeurs : une métropole mixte et solidaire ; une meilleure prise en compte de l’environnement ; la stratégie régionale en matière de transports ; l’attractivité internationale de la métropole.
La contribution de Paris
Pour Paris le SDRIF est l’expression de la cohérence de l’aménagement régional. Au regard des nouveaux outils, comme la loi Grand Paris, le schéma directeur doit plus encore qu’auparavant mettre en cohérence les projets locaux, comme les contrats de développement territorial et le réseau Grand Paris Express en proposant notamment des options de phasage. 

Le SDRIF doit aussi s’inscrire dans l’échelle plus large du bassin Parisien et renforcer l’émergence de l’Axe Seine, jusqu’au Havre.

La nécessité de mettre en avant la place de Paris au cœur de la métropole, et le rôle de la métropole au cœur de la Région doit être soulignée. Ces dernières années, la dynamique métropolitaine s’est accélérée. C’est vrai sur un plan politique : renforcement de l’intercommunalité, développement de nouvelles pratiques de coopérations interterritoriales, émergence de nouveaux acteurs avec Paris Métropole et l’Atelier International du Grand Paris – organismes au sein desquels Paris et la Région jouent un rôle de propositions et d’animation très soutenu. 

Paris affirme son attachement à une métropole polycentrique et attend de cette révision qu’elle permette de conforter la place de Paris dans la dynamique métropolitaine et régionale dans une logique d’échange… Plus que jamais, l’avenir du centre de l’agglomération représente un enjeu stratégique commun pour améliorer la qualité de vie de tous et l’attractivité de la région dans son ensemble. Tout ce qui renforce le rayonnement parisien, ses capacités de redistribution ainsi que son développement équilibré porte la cause de la solidarité régionale, nationale et internationale. De même, Paris a besoin d’une région qui se développe. Le SDRIF doit organiser la structure polycentrique de la métropole. 

C’est indissociablement un enjeu de fond et de forme. Pour Paris, au-delà des orientations retenues, la prise en compte de ces défis appelle à renouveler les modalités de planification et de représentations de la métropole : la mise en forme d’une nouvelle «image mentale » partagée. 
La cartographie schématique du SDRIF devrait exprimer la stratégie de développement et d’aménagement, en assurant une meilleure visibilité des territoires métropolitains, un maillage polycentrique et multipolaire plus qu’une métropole en faisceaux, la prise en compte de l’échelle de la zone dense, du grand paysage.

Ces principes sont au service de l’ambition que se donne Paris dans la Région, à la suite du projet de SDRIF de 2008. Ils déterminent nos réponses à 4 défis majeurs: une métropole mixte et solidaire ; une meilleure prise en compte de l’environnement ; la stratégie régionale en matière de transports ; l’attractivité internationale de la métropole.

La réponse à la crise du logement abordable doit être au cœur des préoccupations du SDRIF. La relance de la construction est un enjeu majeur. Elle doit se concentrer pour l’essentiel dans la zone dense de l’agglomération, en cohérence avec le renforcement du transport public métropolitain et dans les centralités urbaines existantes et équipées. Elle doit intégrer la création de logements sociaux et intermédiaires, de structures d’hébergement et d’insertion et anticiper les changements d’organisation d’ores et déjà en chantier.

L’enjeu environnemental fait également parti intégrante du projet régional. A travers le SDRIF, c’est la question de la résilience écologique du territoire régional qui est posée, sa capacité à s’adapter au renchérissement de l’énergie et à l’épuisement des réserves d’hydrocarbures. Cela suppose, une véritable stratégie énergétique régionale favorisant les énergies renouvelables, le maillage du territoire en transports collectifs et l’accent mis sur les circuits courts, en particulier en matière d’approvisionnement alimentaire. 

L’offre de mobilité est un puissant levier du développement durable et solidaire de la métropole. Les projets de transports doivent accompagner un modèle d’urbanisation post-Kyoto. Cela signifie synchroniser l’urbanisation des nouveaux quartiers avec la réalisation des transports collectifs. Plusieurs projets de transports sont à inscrire en priorité dans le schéma à une échéance définie : prolongement de la ligne de métro 10 et du T3, création de gares RER et métro dans les nouveaux quartiers parisiens, et arrivée des lignes LNPN et POCL dans la capitale. Le SDRIF doit aussi permettre de clarifier certains aspects du réseau Grand Paris Express, notamment son mode d’exploitation et les connexions intermodales. Paris rappelle enfin l’importance d’une meilleure liaison entre Paris et les aéroports, de la prise en compte la question des héliports et d’engager une réflexion d’échelle régionale sur les questions logistiques.

Paris est au cœur de la création d’emplois et de l’attractivité de la région. La diversité de ses fonctions économiques (services aux entreprises et aux personnes, tourisme, filières innovantes, économie de la connaissance, création…) et le soutien aux emplois de proximité sont deux axes que Paris privilégie en vue du maintien de son taux d’emploi et de la hausse du taux d’emploi régional. La dynamique régionale en matière d’emploi doit renforcer les pôles stratégiques, bien desservis, sans se traduire par un lissage du taux d’emploi. Le SDRIF doit également soutenir la place de Paris dans l’enseignement supérieur et la recherche, et favoriser un développement et une meilleure répartition de l’offre touristique, d’équipements et de services dans la métropole. 
Enfin, il faut amplifier les processus de concertation pour donner toute son effectivité aux orientations tracées par le SDRIF. Le schéma adopté en septembre 2008 a fait l’objet d’un processus de concertation et de mobilisation des acteurs inédit et très important. A l’heure où les dispositifs et nouvelles instances concernant la métropole parisienne et le Grand Paris se multiplient, cette dimension revêt un intérêt primordial pour faire du SDRIF un outil véritablement partagé et compris par tous. Paris salue à ce titre l’association de Paris Métropole et de l’Atelier international du Grand Paris. Paris demande que l’engagement de l’Etat aux côté des collectivités se fasse dans une logique constructive et intègre les attendus des collectivités afin d’aboutir dans les plus bref délais  à un document de planification indispensable à un développement partagé de notre territoire. Il convient également de préciser les conditions à mettre en place pour rendre l’application du SDRIF plus aisée dans la durée en articulation avec les documents de cohérence et d’urbanisme locaux. Paris est prêt à y contribuer.

Au service du développement durable des territoires, les documents de planification urbaine de cette échelle dont la durée se situe entre 10 et 15 ans minimum évoluent désormais vers une meilleure gouvernance démocratique permettant d’en vérifier la portée effective et les adaptations souhaitables. Dans ce cadre, il pourrait être envisagé de donner un autre statut et cadre d’action à l’actuel observatoire du SDRIF en proposant qu’il rende compte de ses travaux à l’ensemble des partenaires tous les  ans.

Calendrier de la révision :

Depuis septembre 2011, le processus de révision a été lancé. Ce processus est long et fait intervenir des acteurs multiples. Les citoyens également vont y être associés par le biais de l’enquête publique qui sera lancée à la fin de l’année 2012. 

Ce sera un temps fort de la vie citoyenne métropolitaine et l’occasion pour chacun de se faire entendre. Nous vous informerons le moment venu sur les différentes étapes de cette grande enquête. 

En 2013, la révision arrivera à son terme, tout d’abord avec l’adoption du SDRIF par le Conseil régional d’Ile-de-France puis son approbation par décret à la fin de l’année 2013.

 » Consulter la contribution de Paris au SDRIF au format pdf  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :