Les gares du Grand Paris auront un architecte en chef

© Libération. Sibylle Vincendon

Evoquant les futures gares du Grand Paris Express dans un discours sur la métropole parisienne le 10 octobre, Nicolas Sarkozy avait voulu un nouvel Hector Guimard, du nom de l’architecte de la fin du XIXème siècle qui donna aux stations de métro leur touche Art Nouveau. Sitôt demandé, sitôt fait.

La Société du Grand Paris va en effet lancer en décembre une consultation internationale pour dégotter l’oiseau rare. L’annonce a été faite ce matin par le ministre de la Ville Maurice Leroy, au cours de l’inauguration des nouveaux locaux de la Société du Grand Paris qui, joignant le geste à la parole, s’installe dans le Grand Paris, à Saint-Denis.

De fait,  il s’agira plutôt d’une volière car derrière l’architecte recherché, il faudra qu’il y ait toute une équipe pluridisciplinaire de spécialistes des aménagements, des circulations, de la signalétique, de la sécurité et des mille services qu’on peut imaginer trouver en gare. L’équipe lauréate sera choisie en mars. Elle aura pour tâche de dessiner « des lignes directrices »« des référents et des éléments de design communs », a expliqué Etienne Guyot, président du directoire de la SGP.

L’architecte et son équipe mettront au point une charte. Celle-ci servira de base pour le cahier des charges des concours architecturaux qui suivront pour chaque gare. Bref, le lauréat de la consultation devra « définir le concept d’une nouvelle génération de gares », a résumé Maurice Leroy.

Au cours du conseil de surveillance de la SGP, qui a précédé ce matin cette petite inauguration, a aussi été voté un financement de 171 millions d’euros pour les études et les acquisitions foncières. Ainsi que deux conventions avec le Syndicat des transports d’Ile-de-France, pour des études sur le prolongement de la ligne 14 et sur la ligne « orange », dite aussi « arc est proche », qui traverse la Seine-Saint-Denis en son milieu. 

Sur la tribune derrière le ministre, se trouvaient quelques-uns des acteurs du dossier qui s’empaillaient sur le sujet il y a encore quelques mois. Désormais, tout le monde est ravi. On a eu un accord (le 26 janvier) puis un tracé et un décret, puis un financement aussi pérenne que possible pour la SGP. Les  psychorigides sont partis, laissant place à un ministre et à un patron de la SGP plus aimables. Pour l’observateur, le changement est spectaculaire.

Maurice Leroy, qui a eu le plaisir de sceller cette réconciliation et, par là, de répondre à une commande présidentielle, l’a exprimé avec lyrisme: « Le réseau du Grand Paris, a-t-il proclamé, c’est l’excellence française et ça va faire du bien à notre moral ». C’est déjà ça.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :