Paris veut se rapprocher de la mer

© Le Parisien. S.R.

Le débat public démarre aujourd’hui sur une nouvelle ligne ferroviaire, qui mettrait la Normandie à 1h15 dans douze ans.

LPI
Et si la Normandie devenait la banlieue de Paris? Les falaises d’Etretat, les stations balnéaires de Deauville ou Trouville, le cœur de Rouen, le port du Havre à moins d’une heure trente de train grâce à une nouvelle ligne ferroviaire. C’est le projet mis en débat à partir d’aujourd’hui et pendant quatre mois.Un projet colossal : 210 km de rails à créer, un coût variant de 10,7 Mds€ à 14,9 Mds€ selon les hypothèses de tracé, pour une mise en service envisagée à l’horizon 2023.

C’est le Grand Paris de Nicolas Sarkozy qui a remis la Normandie sur les rails en 2009. Ignorée des grands enjeux ferroviaires, la façade maritime n’a jamais bénéficié des bonds technologiques de la grande vitesse. Pis, elle a régressé : quand il fallait 1h45 pour faire Paris-Le Havre en 1970, il faut aujourd’hui 2h2! Les infrastructures ont été conçues au XIXe siècle et, en Ile-de-France, la ligne Paris-Normandie se traîne, obligée de partager les voies avec les RER, les trains de banlieue, le fret… Vingt millions de voyageurs annuels otages de retards systématiques, d’incidents techniques.

Des trains à 250 km/h

Jusqu’au jour où, dans le cadre de la consultation internationale des architectes du Grand Paris, une évidence est réapparue : la Normandie et surtout le port du Havre sont le débouché naturel de Paris et de l’Ile-de-France. « Le potentiel de développement du transport fluvial est considérable mais avant ça, il faut savoir que 90% des voyageurs de Normandie viennent à Paris! souligne Pierre Mansat, adjoint (DVG) au maire de Paris en charge du Grand Paris. L’amélioration des temps de trajet serait une opportunité fantastique. »

Un temps évoquée, l’hypothèse d’une ligne TGV, trop coûteuse, a été abandonnée. Réseau ferré de France, qui pilote le projet, propose une solution intermédiaire, à 250 km/h qui mettrait Le Havre à 1 h 15 de Paris. « L’atout de ce projet, c’est que c’est une nouvelle ligne indépendante qui est créée, explique un expert. Cela va permettre d’améliorer tout le réseau : les RER et les trains de banlieue à l’ouest de Paris, les dessertes locales en Normandie comme Dieppe, par exemple. L’effet démultiplicateur est considérable. » L’impact pour Paris et l’Ile-de-France sera énorme. Une gare à Achères (Yvelines) permettrait de desservir Cergy-Pontoise, oubliée du Grand Paris. Un arrêt à La Défense permettrait quasiment de relier directement la Normandie à l’aéroport de Roissy…

Reste maintenant à mettre tout le monde d’accord sur les tracés. Ce sera le but du débat public. Les différents scénarios collent aux aspirations contradictoires : se rapprocher d’Evreux ou plutôt de Rouen? Comment concilier les aspirations de Caen et du Havre, séparés par l’estuaire de la Seine? De ces discussions dépendra également le financement de cette nouvelle ligne qui se veut l’épine dorsale du futur axe de développement le long de la Seine, le fameux Grand Paris jusqu’au Havre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :