Grand Paris Express: les gagnants et les perdants du premier comité

© Grand Paris et petits détours. Blog de Libération par Sibylle Vincendon

La première réunion du comité de suivi de l’accord sur les transports en Ile-de-France s’est tenue cet après-midi au ministère de la Ville sous la houlette du ministre Maurice Leroy. C’était le vrai coup d’envoi du Grand Paris Express. Le ministre et le président de la région, Jean-Paul Huchon, en sont sortis tout sourire, en répétant à qui mieux mieux: « On avance ».

Sur ce, ils ont listé les points sur lesquels ils ont avancé, justement. En gros: un camouflet pour le président de la RATP, un  cadeau pour la Seine-Saint-Denis  et une suprême habileté à l’égard de la Société du Grand Paris. Sans compter le démêlage de l’embarrassant cas de Saclay. Reprenons.

Le camouflet. Exit le plan de Pierre Mongin, président de la RATP, qui voulait emmener sa ligne 14 sur pneus jusqu’à Roissy Charles-de-Gaulle et le faisait savoir« Il y aura bel et bien rupture de charge à Pleyel, a martelé le ministre. Cela résulte de notre accord et c’est majeur car, sinon, on ne parviendra pas à désaturer la ligne 13″. En clair, c’est réglé.

Le cadeau. La Seine-Saint Denis obtient les tracés de métro qu’elle réclamait. En particulier un « arc proche » reliant Saint-Denis Pleyel à Noisy Champs. Mais aussi un lien vers la partie Val-de-Marne de la rocade en partant de Val-de-Fontenay via Champigny. A cela s’ajoute le l’arc plus éloigné, qui passe par Clichy-Montfermeil, et qui a toujours été dans les plans de la Société du Grand Paris. Bref, c’est fête.

L’habileté. Cet « arc proche », la Société du Grand Paris ne veut pas en entendre parler. Elle porte le tracé d’origine prévu par Christian Blanc comme un morceau de la vraie croix et ne veut réaliser que celui-là. Qu’à cela ne tienne: malin comme un centriste, Maurice Leroy a monté un système dans lequel le Syndicat des transports d’Ile-de-France, le Stif, réalisera cet arc.

En revanche, l’enveloppe prévue de deux milliards étant un peu juste, la SGP fournira les 900 millions d’euros des collectivités locales qu’elle aurait dû utiliser pour la partie sud de la rocade. La SGP ne construit pas mais elle passe à la caisse.

Quant à la desserte du plateau de Saclay, elle se résout par une solution raisonnable. La SGP en rabat sur ses prétentions de métro souterrain ne comportant que quatre gares. Il y en aura onze, et le métro sera « léger », souvent en aérien. Mais la région se range aussi à quelque chose de plus costaud qu’un bus en site propre.

Il y a désormais un calendrier. Le 26 mai, le conseil de surveillance de la Société du Grand Paris votera un tracé et 60 gares. En juillet, cela sera officialisé par décret. Durant l’été, la convention qui prévoit 1,08 milliards d’euros pour les RER devrait être signée entre l’Etat et la région. La  prolongation de la ligne 14 jusqu’à la mairie de Saint-Ouen devrait être réalisée pour 2017.

Et après, quoi et dans quel ordre? Maurice Leroy est resté volontairement flou: « Quand bien même on le saurait, je ne sais pas s’il serait de  bonne politique de le dire. On a intérêt à ne communiquer que quand les choses sont en béton armé ».

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :