Bouygues Bâtiment Ile-de-France réalisera la salle philharmonique de Paris

© Frédérique Vergne. Le Moniteur.fr _ www.lemoniteur.fr

Après un an d’arrêt, le plus grand chantier culturel du quinquennat de Nicolas Sarkozy redémarrera dans quelques semaines. Bouygues Bâtiment Ile-de-France a récemment signé en groupement le contrat pour la réalisation, l’exploitation et la maintenance de la salle philharmonique de Paris. Cette signature met fin aux interrogations sur un éventuel abandon du projet.

 

© Ateliers Jean Nouvel
Philharmonie de Paris
Image virtuelle de la grande salle de concert (en 2008).

 

© Artefactory / Ateliers Jean Nouvel
Philharmonie de Paris : vue depuis le parc de La Villette

 

© Artefactory / Ateliers Jean Nouvel
Philharmonie de Paris : vue depuis le périphérique

Depuis un an, les bulldozers, qui ont déserté le parc de La Villette à Paris, là où sera construite la Philharmonie de Paris, laissant un trou béant de douze mètres de profondeur, vont pouvoir reprendre le chemin du chantier. Et très vite, puisque les travaux redémarreront le mois prochain. En effet, Bouygues Bâtiment Ile-de-France, filiale de Bouygues Construction, a annoncé le 24 février dans un communiqué la signature récente en groupement (*) du contrat pour la réalisation, l’exploitation et la maintenance pendant quinze ans de la salle philharmonique de Paris. Cette signature met fin à un véritable feuilleton commencé depuis de nombreuses années. La raison : des problèmes de financement. Alors que les acteurs publics concernés ont trouvé un terrain d’entente sur leur investissement : 45% pour l’Etat, 45% pour la Ville de Paris, 10% pour la région Ile-de-France et que Jean Nouvel remporte en 2007 le concours pour son bâtiment composé de plans superposés en pavés de fonte d’aluminium, l’Etat semble traîner des pieds. Il est vrai que le coût de la Philharmonie de Paris estimé en 2002 à 110 millions d’euros est passé à la mi-2009 aux alentours des 400 millions d’euros dont les trois-quarts pour la seule phase de construction. En septembre 2009, alors que les travaux de terrassement ont tout juste démarré et au regard de cette somme, l’Etat exige une reprise des discussions avec les constructeurs en vue de faire baisser la facture. Ce sera chose faite. Mais pourtant en 2010, pas d’agitation en vue sur le chantier. Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, avait reconnu d’ailleurs le 29 septembre lors de la présentation de son budget, les difficultés de l’Etat à financer sa part de ce futur grand auditorium symphonique. Face aux nombreuses inquiétudes exprimées sur un éventuel abandon du projet, Nicolas Sarkozy dans une lettre adressée à Bertrand Delanoë avait assuré de la poursuite du projet.

Fin des travaux en 2014
Toujours est-il qu’aujourd’hui le chantier est en ordre de marche. La salle philharmonique de La Villette sera l’un des premiers projets majeurs à voir le jour dans le cadre du Grand Paris. Elle comprendra une salle de concert de 2.400 places, huit salles de répétition, des salles de représentation secondaire, un pôle pédagogique et un pôle administratif. Grâce à la modularité de ses espaces et à ses nombreuses salles de répétition, elle pourra accueillir un grand nombre d’orchestres et permettra d’offrir au public une large gamme d’évènements culturels. L’ensemble de la toiture sera conçue pour être un chemin de promenade ouvert au public. Un gigantesque écran de soixante mètres de haut dominera le périphérique et permettra d’afficher le programme des représentations.

Le marché signé par le groupement mené par Bouygues Bâtiment Ile-de-France, qui va réaliser une nouvelle référence dans le domaine de la culture et du spectacle, porte sur la construction, la maintenance et l’entretien de cet équipement d’environ 20.000 m2 utiles. Le bâtiment et ses espaces verts étant exploités et maintenus pendant 15 ans par Cofely, filiale de GDF Suez et les parkings gérés par QPark. Les travaux, qui démarreront en mars 2011 pour une durée de trois ans, mobiliseront 1.000 collaborateurs en période de pointe. Le montant total du contrat s’élève à 219 millions d’euros, dont 107 millions pour Bouygues Bâtiment Ile-de-France.

(*) Le groupement est composé de Bouygues Bâtiment Ile-de-France, Belgometal N.V, Gemo, Ingerop Conseil et ingénierie, Inéo Tertiaire Ile-de-France, Axima Seitha, AMG-Fechoz, Lindner AG, SAS Sodifra Agencement, GDF Suez Energie-Services-Cofely, QPark France, Otis, Ega, Cunin SA, Philharmonie Park, Soletanche Bachy Pieux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :