Faut‐il construire en zone inondable dans le Grand‐Paris ?

© http://www.nexity.fr

Un pont tous les 300 mètres dans Paris, un tous les 3 kilomètres dans le Grand Paris, et 600 km2 de zones inondables gelés à la construction alors qu’il manque 400 000 logements en Île-de-France. C’est le constat d’Alain Dinin, PDG de Nexity qui relance la réflexion sur la manière dont on considère la construction en zone inondable avec le concept de « Vivre le fleuve ».

« Il faut relancer la dynamique démographique qui a construit la ville autour du fleuve et dont le principe de précaution l’a éloignée. Il faut reconquérir les berges avec responsabilité, en acceptant de suivre les règlements mais aussi en relançant la réflexion sur la manière dont on considère la construction en zone inondable. » Alain Dinin, PDG de Nexity

Le concept de Vivre le Fleuve consiste à réconcilier chacune des rives qui bordent la Seine dans l’ensemble du Grand Paris où le fleuve est devenu une fracture urbaine faute de franchissement en nombre suffisant. La Seine doit devenir un élément structurant de l’urbanisme francilien, comme elle l’a été pour le « Paris historique ».

Aujourd’hui la réglementation s’exerce au travers de 8 plans de prévention des risques inondation (PPRi) pour chacun des départements de l’Île-de-France. Deux communes voisines qui s’observent d’une rive à l’autre peuvent être soumises à des contraintes différentes. Il faudrait se reposer la question d’une réglementation unifiée sur l’ensemble du Grand Paris. Ces propositions émanent du cabinet Castro Casi Denissof et de Nexity pour contribuer au développement du Grand Paris.

À l’heure où les prix en Île-de-France connaissent une progression spectaculaire, où la densité paraît indispensable pour permettre à tous de profiter des infrastructures de transport, Vivre le Fleuve propose de se réapproprier les berges en construisant en façade du fleuve ou à proximité des bassins de rétention, et de récréer des espaces verts qui s’insèrent dans le tissu urbain tout en respectant la réglementation actuelle.

D’autres pays tels que la Grande-Bretagne ont une approche de la gestion efficace du risque en développant des plans d’aménagement qui associent l’État et les pouvoirs locaux. Les opportunités foncières qui résulteraient d’un réexamen des zones inondables en Île-de- France peuvent constituer une occasion unique de développer des logements accessibles aux classes moyennes sans accentuer la périurbanisation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :