« Il faut penser à améliorer le réseau routier » JEROME DUBUS, délégué général du Medef Ile-de-France

© Le Parisien, propos recueillis par S.R.

Les patrons franciliens sont inquiets. Pour eux, le projet de métro automatique du Grand Paris imaginé par Christian Blanc ne répond pas aux besoins immédiats des travailleurs et employeurs de la région. Le Medef Ile-de-France, qui rassemble plus de 250 000 entreprises dont de nombreuses du CAC 40, demande une inflexion du projet.

Vous êtes déçu du projet de loi Grand Paris ?
Jérôme Dubus.
Oui car le métro automatique ne sera pas livré avant 2030.

En attendant, on fait quoi en Ile-de-France ? On continue avec la même situation désastreuse dans les transports ? Chaque année, toutes les lignes de RER et de métro sont davantage saturées. Les travailleurs sont sous la menace d’incidents quotidiens, ce sont des pertes de productivité et de chiffre d’affaires catastrophiques pour nous. On ne peut pas continuer comme ça.

« Notre système de transport est devenu un handicap »

Que préconisez-vous ? 
Il existe un plan d’urgence sur les transports existants élaboré par le conseil régional. Il fait consensus, il faut que l’Etat trouve un moyen pour le financer ! C’est le prolongement du RER E vers La Défense, l’amélioration du matériel totalement obsolète sur les lignes A, B, C et D, le désengorgement de la ligne 13 par la prolongation de la ligne 14… Allons-y ! Aujourd’hui, notre système de transport tant vanté et envié à l’étranger est devenu un handicap. Tous les mois, nous perdons des marchés à cause de ça, les investisseurs fuient. Essayez de faire revenir le soir des investisseurs japonais de Marne-la-Vallée par l’A 4 ! Il faut aussi penser à améliorer le réseau routier, qui n’est pas du tout envisagé par le gouvernement !

L’objectif de Christian Blanc est le développement économique. Vous n’êtes pas d’accord ?
Au contraire ! Sa vision des pôles économiques autour de la capitale est formidable. Nous comptons dessus pour faire repartir la croissance. Mais il se trompe dans la méthode. Il fallait faire une loi générale avec des objectifs à long terme, viser une croissance à 4 %, puis décliner des projets dans les transports, le logement, l’urbanisme, associer les architectes, etc. Là, on a un « grand huit » (NDLR : tracé d’un nouveau métro en double boucle) , pas avant 2030, et un seul pôle économique, à Saclay ! La loi doit être amendée.

Que dit Christian Blanc ?
On ne sait pas. Nous lui avons transmis une demande de rendez-vous après sa nomination au gouvernement. On attend toujours.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :