Quel avenir pour les métropoles ? par Christian Saint-Etienne

(c) 2009 Le Monde.

La France vient de traverser une crise très grave, comme l’ensemble du monde industriel, et même si elle a été moins touchée que nombre d’autres pays, le rebond sera faible car notre industrie est affaiblie, nos PME sont trop petites et fragiles, et nous avons du mal à transformer à grande échelle nos innovations en produits.
Comment relancer l’économie française tout en améliorant la qualité de vie sur nos territoires ? Le monde connaît une mutation de l’organisation de l’espace et des sources de développement économique. Depuis la fin des années 1980, l’économie des pays avancés est fondée sur l’innovation. La prospérité des territoires et des pays est fortement conditionnée par l’essor d’une « économie entrepreneuriale de la connaissance » qui est un écosystème socio-économique favorisant, notamment par l’action d’intermédiaires spécialisés, les interactions entre entrepreneurs, capitaux-risqueurs et investisseurs, chercheurs, développeurs, ingénieurs de production et opérateurs de production, afin de développer en permanence de nouveaux produits et services aptes à répondre à une demande solvable dans un univers concurrentiel.

Cette « économie entrepreneuriale de la connaissance » (EEC) a permis l’essor des technologies de l’information et de la connaissance (TIC) et des technologies biologiques. Elle est en train de bouleverser les modes de production et de distribution, y compris dans les secteurs traditionnels.

L’EEC n’épuise pas les sources de la croissance future. Il y aura toujours des entreprises opérant sur des marchés locaux, des services à la personne, d’utiles politiques sectorielles ou de filières. Mais l’EEC est le ferment de la croissance future et surtout le principal facteur d’explication des écarts de taux de croissance entre pays. Que la France soit aujourd’hui pratiquement absente de la production de produits dérivés des technologies de l’information, même si elle les utilise bien, qu’elle soit faible dans la production de biotechnologies alors que la recherche fondamentale française dans ce secteur est excellente, que le passage des laboratoires à la production de biens et services dans la plupart des secteurs reste un parcours du combattant en dépit de toutes les mesures prises, tous ces éléments témoignent de la faiblesse du développement de l’EEC dans notre pays et contribuent massivement à l’affaiblissement de notre croissance.

Autre point capital : cette économie moderne s’enracine dans les métropoles compétitives, dans un bouillonnement créatif qui ne peut être que freiné, d’une part, par les structures de recherche opérant en silos et se méfiant des entrepreneurs, et d’autre part, par des organisations territoriales à la fois bureaucratiques et organisées en mille-feuille.

Cette conjugaison de l’essor de l’EEC et de la métropolisation de l’innovation est à la fois le phénomène décisif de la transformation de notre environnement et le nœud des contradictions et des blocages français. Notre pays est tétanisé par une évolution qu’il comprend mal, et qui surtout remet totalement en cause tous nos systèmes d’organisation publics et privés. La violence des oppositions sur l’évolution vers le Grand Paris n’est qu’un symptôme de cette tétanisation.

Il faut comprendre comment interagissent l’EEC et la métropolisation. Pour faire court, la R&D, l’entreprise, le capital-rique et les réseaux d’innovation sont les ingrédients pour fabriquer la « soupe biologique » dans laquelle naît l’EEC qui se traduit, si le processus réussit, par la multiplication d’entreprises innovantes. Mais cette soupe biologique ne peut se former que dans un bol constitué de réseaux de transport et de communications, et de concentration de capital humain : c’est la métropole. La métropole est le réceptacle qui rend possible l’émergence de l’EEC, qui produit les emplois d’aujourd’hui est de demain. La France a beaucoup de grandes villes mais peu de « métropoles modernes » au sens qui vient d’être défini (Grenoble est la seule réussite française à ce jour). Même Paris, qui est une des trois ou quatre « villes-mondes » de la planète, n’est pas une « métropole moderne » : son taux de croissance est deux à trois plus faible que celui des vrais métropoles.

Comment faire évoluer notre République pour entrer dans ce nouveau monde de développement métropolitain, tout en prenant en compte la faible taille de nos villes, la faible densité de nos territoires et les besoins des territoires ruraux ?

Pour faire court, il faut s’appuyer sur trois réseaux de villes et sur les régions. La France compte trois ou quatre « métropoles naturelles » (Grand Paris, Grand Lyon et Grand Marseille, et sous certaines conditions Grand Toulouse), une quinzaine de métropoles de rang européen, et l’on peut construire une cinquantaine de « métropoles de la ruralité » pour animer nos territoires. Les régions doivent recevoir trois nouvelles responsabilités : maillage des territoires avec les PME par des réseaux d’innovation et de financement, réseaux de transports régionaux et inter-régionaux, lutte contre le mitage des territoires par une densification organisée.

Ces trois réseaux de ville et les régions renforcées doivent organiser leur action dans le cadre d’un « master plan de développement national » qui doit être préparé, en concertation avec tous ces acteurs, par une structure (type haut commissariat ou toute variante) qui donne une cohérence à l’ensemble de ces actions.

Le gouvernement vient de présenter un projet d’organisation des collectivités. Il crée un nouveau statut de « métropole » sous forme d’EPCI (établissement public de coopération intercommunale) et un statut de « pôle métropolitain » qui reste un « objet juridique » à construire.

Ces innovations juridiques n’ont de sens que si la France adopte une stratégie d’ensemble qui passe d’une approche fondée sur des institutions et des procédures à une approche fondée sur des acteurs et des stratégies.

Christian Saint-Etienne est professeur au CNAM et à l’Université Paris-Dauphine, et membre du Conseil d’analyse économique. Auteur du rapport  » Mobiliser les territoires pour une croissance harmonieuse  » pour le président de la République (juin 2009).

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :