Le Grand Paris: Question d’actualité au gouvernement n° 0380G de M. Philippe Dallier

©Blog du Senat

M. Philippe Dallier: Ma question s’adresse à M. le secrétaire d’État chargé du développement de la région capitale.

Mme Nicole Bricq: Technocrate !

M. Philippe Dallier: Monsieur le secrétaire d’État, votre projet de loi intitulé « Grand Paris »,…

Mme Catherine Tasca: Ce n’est pas son projet de loi mais celui de François Fillon !

M. Philippe Dallier: …présenté hier en conseil des ministres, a suscité beaucoup de réactions chez nombre d’élus locaux d’Île-de-France, tant à gauche qu’à droite.

Les critiques formulées portent essentiellement sur ce qui est vécu par beaucoup comme une volonté « recentralisatrice » de l’État,…

Plusieurs sénateurs du groupe socialiste: Exact !

M. Philippe Dallier: …qui, pour aller vite, en oublierait que la décentralisation est aujourd’hui une réalité.

Je dois vous dire, monsieur le secrétaire d’État, que je partage en partie (Exclamations amusées sur les travées du groupe socialiste et du groupe CRC-SPG),…

Mme Nicole Bricq: Quand même !

M. Philippe Dallier: …mais en partie seulement, ce sentiment, car, décentralisation ou pas, il y a urgence (Nouvelles exclamations sur les mêmes travées.) : urgence à redonner du dynamisme économique à la région capitale, qui est en compétition non pas avec les autres régions de province, mais avec le Grand Londres, New York, Tokyo, Shanghai, toutes ces villes-mondes ; urgence à régler le problème crucial des transports en Île-de-France, en améliorant et en développant ce qui existe – c’est le rôle de la région –, mais aussi en créant les infrastructures du futur qui changeront radicalement la donne et permettront un nouvel essor économique.

Mme Nicole Bricq: C’est faux !

M. Philippe Dallier: Puis, décentralisation ou pas, l’avenir de la capitale de la France est un enjeu d’intérêt national. Il est donc absolument légitime que l’État intervienne fortement sous l’impulsion du Président de la République. (Ah ! sur les travées du groupe socialiste.)

Mme Raymonde Le Texier: Inutile de le préciser !

M. Jean-Pierre Godefroy: Un bon point ! (Sourires sur les travées du groupe socialiste.)

M. Philippe Dallier: Pour autant, l’État ne pourra agir seul ni passer en force, ne serait-ce que pour des raisons budgétaires.

Mme Nicole Bricq: Il n’a plus de sous !

M. Philippe Dallier: Il faut donc rechercher les voies et moyens d’un accord avec les collectivités locales, et je souhaite, monsieur le secrétaire d’État, que vous puissiez nous rassurer sur ce point. (M. René-Pierre Signé s’exclame.)

La question est ensuite de savoir si cette volonté est réciproque.

Il y a en Île-de-France près de 1 500 collectivités ou établissements publics de coopération intercommunale, parmi lesquels la région, huit départements, une centaine d’intercommunalités et 1 281 communes, sans compter les syndicats techniques intercommunaux, qui morcellent le territoire et se partagent les compétences dans un émiettement du pouvoir que nos collègues de province regardent, à juste titre, avec effarement. (Mme Nicole Borvo Cohen-Seat rit.)

M. David Assouline: C’est un beau fouillis !

M. Philippe Dallier: Mais cette multitude de collectivités locales cache en fait un vide sidéral, car, face à l’État, aucune d’elles ne recouvre un périmètre lui permettant d’incarner la métropole du Grand Paris : la région est trop grande, la ville de Paris trop petite ! Aucune d’elles ne dispose des compétences essentielles que sont l’urbanisme, le logement, le développement économique et les transports.

M. René-Pierre Signé: Cela va durer encore longtemps ?

M. Philippe Dallier: Nous n’avons, face à l’État, que le syndicat des intérêts particuliers.

M. le président: Votre question, mon cher collègue !

M. Philippe Dallier: Nous sommes bien là au cœur du problème de la gouvernance institutionnelle, problème que certains, contre l’évidence, continuent à nier. (Exclamations sur les travées du groupe socialiste et du groupe CRC-SPG.)

Monsieur le secrétaire d’État, dans l’attente de cette prise de conscience et d’une réforme que j’appelle de mes vœux depuis longtemps, et alors que la région d’Île-de-France refuse toujours de modifier son projet de schéma directeur de façon à y intégrer votre projet de transport et de développement économique (Exclamations sur les travées du groupe socialiste.), face à cette situation de quasi-blocage, comment et selon quel calendrier pensez-vous pouvoir sortir de l’impasse ? (Très bien ! et applaudissements sur les travées de l’UMP.–M. Yves Pozzo di Borgo applaudit également.)

M. Guy Fischer: On cire ! (Rires sur les travées du groupe CRC-SPG.)

M. Philippe Dallier. Ma question s’adresse à M. le secrétaire d’État chargé du développement de la région capitale.

Mme Nicole Bricq. Technocrate !

M. Philippe Dallier. Monsieur le secrétaire d’État, votre projet de loi intitulé « Grand Paris »,…

Mme Catherine Tasca. Ce n’est pas son projet de loi mais celui de François Fillon !

M. Philippe Dallier. …présenté hier en conseil des ministres, a suscité beaucoup de réactions chez nombre d’élus locaux d’Île-de-France, tant à gauche qu’à droite.

Les critiques formulées portent essentiellement sur ce qui est vécu par beaucoup comme une volonté « recentralisatrice » de l’État,…

Plusieurs sénateurs du groupe socialiste. Exact !

M. Philippe Dallier. …qui, pour aller vite, en oublierait que la décentralisation est aujourd’hui une réalité.

Je dois vous dire, monsieur le secrétaire d’État, que je partage en partie (Exclamations amusées sur les travées du groupe socialiste et du groupe CRC-SPG),…

Mme Nicole Bricq. Quand même !

M. Philippe Dallier. …mais en partie seulement, ce sentiment, car, décentralisation ou pas, il y a urgence (Nouvelles exclamations sur les mêmes travées.) : urgence à redonner du dynamisme économique à la région capitale, qui est en compétition non pas avec les autres régions de province, mais avec le Grand Londres, New York, Tokyo, Shanghai, toutes ces villes-mondes ; urgence à régler le problème crucial des transports en Île-de-France, en améliorant et en développant ce qui existe – c’est le rôle de la région –, mais aussi en créant les infrastructures du futur qui changeront radicalement la donne et permettront un nouvel essor économique.

Mme Nicole Bricq. C’est faux !

M. Philippe Dallier. Puis, décentralisation ou pas, l’avenir de la capitale de la France est un enjeu d’intérêt national. Il est donc absolument légitime que l’État intervienne fortement sous l’impulsion du Président de la République. (Ah ! sur les travées du groupe socialiste.)

Mme Raymonde Le Texier. Inutile de le préciser !

M. Jean-Pierre Godefroy. Un bon point ! (Sourires sur les travées du groupe socialiste.)

M. Philippe Dallier. Pour autant, l’État ne pourra agir seul ni passer en force, ne serait-ce que pour des raisons budgétaires.

Mme Nicole Bricq. Il n’a plus de sous !

M. Philippe Dallier. Il faut donc rechercher les voies et moyens d’un accord avec les collectivités locales, et je souhaite, monsieur le secrétaire d’État, que vous puissiez nous rassurer sur ce point. (M. René-Pierre Signé s’exclame.)

La question est ensuite de savoir si cette volonté est réciproque.

Il y a en Île-de-France près de 1 500 collectivités ou établissements publics de coopération intercommunale, parmi lesquels la région, huit départements, une centaine d’intercommunalités et 1 281 communes, sans compter les syndicats techniques intercommunaux, qui morcellent le territoire et se partagent les compétences dans un émiettement du pouvoir que nos collègues de province regardent, à juste titre, avec effarement. (Mme Nicole Borvo Cohen-Seat rit.)

M. David Assouline. C’est un beau fouillis !

M. Philippe Dallier. Mais cette multitude de collectivités locales cache en fait un vide sidéral, car, face à l’État, aucune d’elles ne recouvre un périmètre lui permettant d’incarner la métropole du Grand Paris : la région est trop grande, la ville de Paris trop petite ! Aucune d’elles ne dispose des compétences essentielles que sont l’urbanisme, le logement, le développement économique et les transports.

M. René-Pierre Signé. Cela va durer encore longtemps ?

M. Philippe Dallier. Nous n’avons, face à l’État, que le syndicat des intérêts particuliers.

M. le président. Votre question, mon cher collègue !

M. Philippe Dallier. Nous sommes bien là au cœur du problème de la gouvernance institutionnelle, problème que certains, contre l’évidence, continuent à nier. (Exclamations sur les travées du groupe socialiste et du groupe CRC-SPG.)

Monsieur le secrétaire d’État, dans l’attente de cette prise de conscience et d’une réforme que j’appelle de mes vœux depuis longtemps, et alors que la région d’Île-de-France refuse toujours de modifier son projet de schéma directeur de façon à y intégrer votre projet de transport et de développement économique (Exclamations sur les travées du groupe socialiste.), face à cette situation de quasi-blocage, comment et selon quel calendrier pensez-vous pouvoir sortir de l’impasse ? (Très bien ! et applaudissements sur les travées de l’UMP.–M. Yves Pozzo di Borgo applaudit également.)

M. Guy Fischer. On cire ! (Rires sur les travées du groupe CRC-SPG.)

M. Philippe Dallier: Ma question s’adresse à M. le secrétaire d’État chargé du développement de la région capitale.

Mme Nicole Bricq: Technocrate !

M. Philippe Dallier: Monsieur le secrétaire d’État, votre projet de loi intitulé « Grand Paris »,…

Mme Catherine Tasca: Ce n’est pas son projet de loi mais celui de François Fillon !

M. Philippe Dallier: …présenté hier en conseil des ministres, a suscité beaucoup de réactions chez nombre d’élus locaux d’Île-de-France, tant à gauche qu’à droite.

Les critiques formulées portent essentiellement sur ce qui est vécu par beaucoup comme une volonté « recentralisatrice » de l’État,…

Plusieurs sénateurs du groupe socialiste. Exact !

M. Philippe Dallier: …qui, pour aller vite, en oublierait que la décentralisation est aujourd’hui une réalité.

Je dois vous dire, monsieur le secrétaire d’État, que je partage en partie (Exclamations amusées sur les travées du groupe socialiste et du groupe CRC-SPG),…

Mme Nicole Bricq: Quand même !

M. Philippe Dallier: …mais en partie seulement, ce sentiment, car, décentralisation ou pas, il y a urgence (Nouvelles exclamations sur les mêmes travées.) : urgence à redonner du dynamisme économique à la région capitale, qui est en compétition non pas avec les autres régions de province, mais avec le Grand Londres, New York, Tokyo, Shanghai, toutes ces villes-mondes ; urgence à régler le problème crucial des transports en Île-de-France, en améliorant et en développant ce qui existe – c’est le rôle de la région –, mais aussi en créant les infrastructures du futur qui changeront radicalement la donne et permettront un nouvel essor économique.

Mme Nicole Bricq: C’est faux !

M. Philippe Dallier: Puis, décentralisation ou pas, l’avenir de la capitale de la France est un enjeu d’intérêt national. Il est donc absolument légitime que l’État intervienne fortement sous l’impulsion du Président de la République. (Ah ! sur les travées du groupe socialiste.)

Mme Raymonde Le Texier: Inutile de le préciser !

M. Jean-Pierre Godefroy: Un bon point ! (Sourires sur les travées du groupe socialiste.)

M. Philippe Dallier: Pour autant, l’État ne pourra agir seul ni passer en force, ne serait-ce que pour des raisons budgétaires.

Mme Nicole Bricq: Il n’a plus de sous !

M. Philippe Dallier: Il faut donc rechercher les voies et moyens d’un accord avec les collectivités locales, et je souhaite, monsieur le secrétaire d’État, que vous puissiez nous rassurer sur ce point. (M. René-Pierre Signé s’exclame.)

La question est ensuite de savoir si cette volonté est réciproque.

Il y a en Île-de-France près de 1 500 collectivités ou établissements publics de coopération intercommunale, parmi lesquels la région, huit départements, une centaine d’intercommunalités et 1 281 communes, sans compter les syndicats techniques intercommunaux, qui morcellent le territoire et se partagent les compétences dans un émiettement du pouvoir que nos collègues de province regardent, à juste titre, avec effarement. (Mme Nicole Borvo Cohen-Seat rit.)

M. David Assouline: C’est un beau fouillis !

M. Philippe Dallier: Mais cette multitude de collectivités locales cache en fait un vide sidéral, car, face à l’État, aucune d’elles ne recouvre un périmètre lui permettant d’incarner la métropole du Grand Paris : la région est trop grande, la ville de Paris trop petite ! Aucune d’elles ne dispose des compétences essentielles que sont l’urbanisme, le logement, le développement économique et les transports.

M. René-Pierre Signé: Cela va durer encore longtemps ?

M. Philippe Dallier.: Nous n’avons, face à l’État, que le syndicat des intérêts particuliers.

M. le président: Votre question, mon cher collègue !

M. Philippe Dallier: Nous sommes bien là au cœur du problème de la gouvernance institutionnelle, problème que certains, contre l’évidence, continuent à nier. (Exclamations sur les travées du groupe socialiste et du groupe CRC-SPG.)

Monsieur le secrétaire d’État, dans l’attente de cette prise de conscience et d’une réforme que j’appelle de mes vœux depuis longtemps, et alors que la région d’Île-de-France refuse toujours de modifier son projet de schéma directeur de façon à y intégrer votre projet de transport et de développement économique (Exclamations sur les travées du groupe socialiste.), face à cette situation de quasi-blocage, comment et selon quel calendrier pensez-vous pouvoir sortir de l’impasse ? (Très bien ! et applaudissements sur les travées de l’UMP.–M. Yves Pozzo di Borgo applaudit également.)

M. Guy Fischer: On cire ! (Rires sur les travées du groupe CRC-SPG.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :