Cinq gares TGV en projet autour de Paris

© Le Parisien, 12.10.2009, Marc Lomazzi

La SNCF met de nouveaux projets sur les rails. Parmi ceux-ci, la création de grandes stations TGV autour de Paris, de relais colis, de crèches et de cabinets médicaux dans les gares.

La mise sur orbite du Grand Paris, adoptée le 7 octobre en Conseil des ministres, oblige la SNCF à sortir du bois. Alors que la réalisation de 130 km de métro automatique autour de Paris, le projet phare du Grand Paris, sera pilotée par la RATP, la compagnie de chemin de fer ne veut pas être en reste. Elle a dévoilé un projet pour le moins ambitieux : la construction aux portes de Paris de cinq nouvelles gares TGV.

Pour la SNCF, il s’agit de soulager les gares parisiennes (du Nord, de l’Est, de Lyon et Montparnasse), qui se trouvent au bord de la saturation. « 80 % des Franciliens résident en dehors de Paris intra-muros, souligne le PDG de la SNCF, Guillaume Pepy. Nous voulons que, demain, ils puissent prendre le TGV près de chez eux. » A l’horizon 2020, ces nouvelles gares TGV compléteraient celles de Roissy (Val-d’Oise), Massy (Essonne) et Marne-la-Vallée-Chessy (Seine-et-Marne).

Le projet le plus audacieux est celui de la gare TGV de La Défense (Hauts-de-Seine). Elle permettra aux cadres du quartier d’affaires de rejoindre en un temps record Roissy, Eurostar et Thalys. « Ils pourront être à Londres en 2 h 15 », promet la SNCF. Les habitants du quart nord-ouest de l’Ile-de-France n’auront plus, eux, à aller à Paris pour prendre le TGV. De Cergy (Val-d’Oise), par exemple, ils ne seront plus qu’à 1 h 40 de Lille. Enfin, La Défense sera la gare d’arrivée du projet de TGV Le Havre-Rouen-Paris poussée par les élus normands.

« Notre rêve est d’avoir 12 gares TGV pour les 12 millions d’habitants d’Ile-de-France »

Au nord de la capitale, la SNCF défend l’idée d’une gare TGV dans la Plaine-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).Elle serait connectée aux lignes de RER, au métro automatique de la ligne 14 (Météor). La troisième gare TGV sera bâtie au bord des pistes d’Orly (Val-de-Marne) et les habitants de la banlieue sud-est iront prendre le TGV à Villeneuve-Saint-Georges (Essonne). Enfin, la future ligne TGV Paris-Orléans-Clermont-Lyon disposera d’une gare dans le sud de l’Essonne. « Notre rêve est d’avoir 12 gares TGV pour les 12 millions d’habitants d’Ile-de-France », proclame-t-on à la SNCF.

Et le projet est parfaitement cohérent avec le Grand Paris, plaident ses dirigeants. Implantées dans les zones identifiées comme porteuses (La Défense, la Plaine-Saint-Denis, etc.), les nouvelles gares TGV seront desservies par la rocade de métro automatique de la RATP. Autre argument : en étant ainsi relié au réseau européen des TGV, le Grand Paris pourra plus facilement rivaliser avec Londres ou Francfort.

La SNCF devra toutefois convaincre l’Etat et les élus franciliens de l’intérêt de son projet pour lequel l’investissement oscille entre 250 et 500 millions d’euros. « On va faire du lobbying », confirme la direction. Premier obstacle, et pas des moindres : à cinq mois des élections régionales de mars 2010, les élus de la région parisienne sont aujourd’hui plus sensibles à une amélioration immédiate des conditions de transport des 2,7 millions d’usagers quotidiens du réseau banlieue de la SNCF.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :