Grand Paris: les architectes veulent rentrer dans le concret

© Le Point, 2009, Pascale  Mollard-Chenebenoit

Plusieurs équipes d’architectes et urbanistes qui ont réfléchi au Grand Paris aspirent à entrer dans le concret, avec la formation d’un « atelier international », Jean Nouvel souhaitant même le départ de Christian Blanc, secrétaire d’Etat au développement de la région capitale.

« Personnellement, je pense qu’il faut que Christian Blanc parte, à moins qu’il ne change », a déclaré Jean Nouvel, dans un entretien à l’AFP.

« Il y a un problème de casting », Christian Blanc n’a pas « le profil », considère M. Nouvel, prix Pritzker 2008. « Il faut un secrétaire d’Etat curieux, humaniste, un ami des architectes et des ingénieurs », estime Nouvel.

Les propositions des dix équipes pluridisciplinaires internationales sur le Grand Paris voulu par Nicolas Sarkozy ont été remises il y a sept mois. Le discours du chef de l’Etat le 29 avril à la Cité de l’architecture, dans lequel il reprenait de nombreuses idées de ces études, a suscité un espoir, explique l’architecte.

Mais depuis, le matériau très dense fourni par ces équipes n’a pas été exploité, ni même analysé, déplore Jean Nouvel, qui a produit une étude de plus de 600 pages sur le Grand Paris.

Christian Blanc « n’est pas tellement intéressé par les questions d’architecture et d’urbanisme. La seule chose qui l’intéresse, c’est son grand huit » de métros souterrains, qui fait l’objet d’un projet de loi, regrette M. Nouvel.

L’architecte Roland Castro, qui a lui aussi remis une étude sur le Grand Paris, ne souhaite « pas personnaliser » la question autour de Christian Blanc. Mais les dix équipes d’architectes-urbanistes ont un « rôle leader » à jouer sur le Grand Paris, déclare ce spécialiste des questions urbaines, interrogé par l’AFP.

Roland Castro souhaite que soit créé « un atelier qui fabrique le projet », « avec les dix équipes au boulot ». « C’est toute cette intelligence collective qui doit d’abord irriguer le projet », selon lui. Il estime qu’entre les différentes équipes, « il y a plus de points communs que de désaccords ».

Cet atelier devrait avoir « un mandat de dix ans », afin qu’il puisse travailler « dans la durée » et ne soit pas paralysé par les diverses échéances électorales, estime M. Castro qui a rencontré jeudi le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand.

Les dix équipes d’architectes et urbanistes ont écrit le 28 juillet à Nicolas Sarkozy pour lui demander la création d’un Atelier international du Grand Paris qui réunirait les architectes et urbanistes, avec des représentants de l’Etat, de la Ville de Paris, de la région Ile-de-France, des communes, a indiqué M. Nouvel.

L’architecte Christian de Portzamparc, qui a lui aussi présenté un projet sur le Grand Paris, reconnaît que créer cet atelier est « compliqué ». Car qui doit-on mettre dedans? « Il n’y a que Nicolas Sarkozy qui puisse dire qui doit participer à cet atelier, notamment au niveau ministériel », déclare M. de Portzamparc, interrogé par l’AFP.

« Il faudrait un médiateur, un coordinateur pour coiffer cet atelier », relève-t-il.

En attendant, Christian de Portzamparc indique avoir « accepté de présider une association réunissant les dix équipes ». Mais Jean Nouvel n’est pas chaud pour cette structure, ajoute-t-il.

« Si cela reste une association qui se réunit une fois par mois, cela ne produira pas grand chose », convient Portzamparc qui aspire désormais à « rentrer dans le concret ».

Les autres équipes sont celles d’Antoine Grumbach, Richard Rogers, Djamel Klouche, Yves Lion, Winy Maas, Finn Geipel et Bernardo Secchi.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :