Le Grand Paris « menacé de s’enliser dans la confusion », selon l’architecte Jean Nouvel

© Le Point, 2009

L’architecte Jean Nouvel considère que le projet du Grand Paris est « menacé de s’enliser dans la confusion », plus de sept mois après la remise au gouvernement des propositions de dix équipes d’urbanistes et d’architectes -dont la sienne, dans une tribune au Monde daté de mercredi.

Ces équipes pluridisciplinaires internationales ont remis leurs conclusions le 6 mars. Mais Christian Blanc, secrétaire d?Etat chargé du développement de la région capitale, a établi son projet de Grand Paris -« un grand huit souterrain de métros automatiques », « avant même » d’en avoir pris connaissance, relève Jean Nouvel.

Le 29 avril, Nicolas Sarkozy a prononcé un discours sur le Grand Paris dans lequel il a cité « de nombreuses idées empruntées aux dix études présentées », ajoute Nouvel. Le chef de l’Etat a demandé à Christian Blanc « d’intégrer dans son projet de loi sur les transports du Grand Paris les conclusions de certaines études issues des projets des urbanistes architectes », poursuit l’architecte, prix Pritzker 2008.

Le projet de loi « dit du Grand Paris », qui vise à permettre la réalisation du grand huit des métros souterrains est « étranger » aux propositions urbaines liées à la consultation du Grand Paris, souligne M. Nouvel.

« C’est un projet de loi conflictuel qui ne donne aucune garantie d’utilité publique s’il n’est pas relié à une stratégie urbaine précisée et située », dit-il. « Cette loi est indispensable mais elle ne peut être ni une carte blanche sur le mode d’urbanisation ni une incitation à l’extension urbaine », selon lui.

Pour Jean Nouvel, il faut « créer d’urgence un atelier du Grand Paris où l’Etat, la région, la Ville de Paris et les collectivités locales désigneront des représentants qui, informés par les équipes auteurs des propositions et par les ateliers d’urbanisme de la ville de Paris et de la région, identifieront les propositions à retenir en vérifiant leur compatibilité et leur faisabilité ».

« Il faut arrêter d’étendre la ville par simples juxtapositions périphériques », déclare Nouvel.

Le Conseil des ministres a examiné le 7 octobre le premier projet de loi sur le Grand Paris voulu par Nicolas Sarkozy, un texte plusieurs fois remanié et vivement critiqué par de nombreux élus qui ont dénoncé un manque de concertation.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :