Le Bourget de 2030 confié à trois grands architectes

© Le Parisien, Julien Duffé

« C’est un sacré casting », souffle non sans fierté Vincent Capo-Canellas, le maire (NC) du Bourget. La semaine dernière, la communauté d’agglomération de l’Aéroport du Bourget, qui rassemble les villes du Bourget, Drancy et Dugny, a confié à trois grands noms de l’architecture une étude d’ensemble afin d’imaginer à quoi pourrait ressembler le secteur dans vingt ans.

Christian de Portzamparc, premier Français à avoir reçu le prix Pritzker, la plus haute distinction architecturale, sera chargé de l’aménagement d’ensemble. Jean-Marie Duthilleul, qui figurait dans l’équipe de Jean Nouvel, planchera sur le dossier transport, mobilité et déplacement. Enfin, Roland Castro, spécialiste de la banlieue, travaillera sur les projets des territoires. Tous ont participé à la consultation sur le Grand Paris lancée par le président de la République.

« L’idée, c’est d’être prêt quand la société du Grand Paris sera créée »

A partir de janvier et pendant six mois, ces trois pointures vont phosphorer au sein d’ateliers territoriaux avec les élus des trois villes de la communauté d’agglomération, maître d’ouvrage du projet, mais aussi ceux du Blanc-Mesnil et de Bonneuil-en-France (Val-d’Oise), associés à l’opération. Un partenariat étendu à l’établissement public d’aménagement (EPA) Plaine-de-France, le conseil général de Seine-Saint-Denis, Aéroports de Paris, le Salon aéronautique et Viparis, la société qui gère le parc des expositions du Bourget.
« On fait ça en accord avec Christian Blanc, complète le maire du Bourget. Le secrétaire d’Etat a compris que, pour bâtir le Grand Paris, on ne pouvait pas travailler sans les territoires. »
Les chantiers ne manquent pas : comment aménager la nationale 2 ? Faut-il couvrir l’autoroute A 1 ? Comment mieux intégrer l’aéroport ? Où créer des logements supplémentaires et installer des entreprises ? « Il y aura une part de prospective et de rêve mais aussi du tangible, promet Vincent Capo-Canellas. Quand on aura de premières hypothèses, on débutera la consultation auprès des habitants. L’idée, c’est d’être prêt quand la société du Grand Paris sera créée et de pouvoir être force de propositions. » Le Bourget, qui héritera d’une gare du futur métro automatique en double boucle autour de Paris, a été identifié comme un pôle de développement par Christian Blanc. Parmi les pistes étudiées : y regrouper les formations aux métiers de l’aéronautique et les entreprises du même secteur ou encore créer un pôle culturel autour du musée de l’Air et de l’Espace.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :