La métropole du futur: Symposium international sur la ville durable à Brasilia

Un Symposium international sur la ville durable s’est tenu du 7 au 9 septembre à Brasilia au Brésil. Frédéric Mitterrand a prononcé le discours d’ouverture.

Ville durable. Du 7 au 9 Septembre 2009 s’est tenu à Brasilia, Capitale du Brésil construite ex nihilo en 1000 jours et inaugurée en 1960, un Symposium international sur la ville durable. Le discours d’ouverture a été prononcé par le ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand. Cette manifestation était organisée conjointement par les ministères de la Culture français et brésilien, dans le cadre de « l’Année de la France au Brésil » et des « Rendez-vous du Grand Paris ».

« Habiter plus, habiter mieux ». Dans son discours inaugural, après avoir souligné que « c’est l’architecture qui modèle notre vie, c’est l’architecture qui fait vivre en nous les leçons du passé, c’est l’architecture que nous allons léguer à nos enfants », Frédéric Mitterrand a évoqué les quatre grands axes de réflexions que « l’évolution des sociétés modernes rend particulièrement cruciaux ».
Réfléchir à la ville nouvelle, a précisé le Ministre, « c’est réfléchir aussi à la notion de centre, à la manière d’instaurer un polycentrisme qui évite (la) fracture sociale » relativement à une périphérie souvent ghettoïsée.
Il s’agit ensuite de répondre « à la grande question de la mobilité, la grande question des transports ; avoir une heure et demi de transport le matin, une heure et demie de transport le soir, c’est un cauchemar dont la société et la ville contemporaines doivent nous épargner le tracas. »
Habiter plus, habiter mieux : cela signifie selon Frédéric Mitterrand répondre à cette question : comment assurer « dans des conurbations tellement grandes, la place à laquelle l’individu doit toujours avoir droit (…) pour que justement ses qualités individuelles puissent concourir à l’enrichissement de la vie collective ? »
Enfin, il s’agit de « trouver le moyen pour que la ville réponde aux enjeux du développement durable ». A cet égard, Frédéric Mitterrand envisage « le retour de la ville-nature, le retour du besoin de jardins, de parcs, mais aussi d’une nature sous la forme de forêt, voire sous la forme de l’agriculture. »

La ville du XXIe siècle. Un demi siècle après, le modèle de Brasilia, ville nouvelle à grande échelle, est à repenser en fonction des impératifs du XXIe siècle, tant sociaux qu’écologiques. C’était l’enjeu du symposium qui a réuni architectes, urbanistes, paysagistes et d’autres observateurs de la ville contemporaine autour de quatre thèmes majeurs :
- la nouvelle géographie de la ville,
- la mobilité contemporaine,
- habiter plus et habiter mieux,
- un nouveau mode de ville.

Brasilia ville nouvelle du XXe siècle. Brasilia, archétype de la ville nouvelle du XXe siècle, convenait particulièrement pour être le théâtre d’une grande rencontre internationale entre architectes, urbanistes, paysagistes européens et latino-américains amenés à réfléchir sur la question métropolitaine à la lumière de la consultation internationale sur le « Grand Pari(s) », de ses approches plurielles pour définir de nouveaux équilibres et partir à la reconquête des territoires.

La leçon de Brasilia ville musée. La façon dont Brasilia s’est développée (ou ne s’est pas développée) illustre parfaitement à quel point il est difficile d’ « inventer » une ville. La capitale brésilienne, construite ex-nihilo il y a 50 ans, est devenue la « ville-musée » de l’ère moderne. Grande réussite architecturale, d’une beauté évidente, Brasilia n’a pourtant jamais réussi à devenir une cité vivante. Dessinée par Lucio Costa et Oscar Niemeyer, ce « grand plan » en forme d’oiseau, laissera se développer 21 villes satellites en périphérie pour accueillir une population grandissante.

voir la vidéo en ligne du discours de Frédéric Mitterand

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :