Promenade dans le Grand Paris de 2030

29.04.2009 ©France info

Quels grands aménagements pour la métropole parisienne de 2030 ? Comment les parisiens circuleront d’ici vingt ans ? Comment travailleront-ils ? Où vivront -ils ? Où iront-ils se divertir ? C’est le Plus de France Info ce matin : une balade fictive dans le Paris de 2030.

Paris arrive à saturation. On l’a vu à l’automne 2005, la situation peut être explosive si l’on ne trouve pas vite des solutions pour relier Paris et ses banlieues. D’abord pour les transports : il n’y a pas de liaison directe avec le centre de Paris partout à l’Est et au Nord. De plus, les réseaux sont à bout de souffle avec des problèmes d’entretien et de retard notamment pour les 550.000 utilisateurs de la ligne 13 (qui fait nord-sud de la capitale) ou du RER A (liaison est-ouest), la ligne la plus chargée d’Europe. L’habitat, lui aussi, toujours plus cher avec un mètre-carré à 6.000 euros dans Paris et 370.000 demande de logements sociaux en attente. Les Franciliens s’expatrient de plus en plus loin du centre ou des pôles d’activités pour pouvoir se loger. Et du coup, ils passent de plus en plus de temps dans les transports. Les deux questions doivent être abordées en même temps.

De grandes pistes de réflexions mais pas de projet clé en main

Face à ce constat, Nicolas Sarkozy a donc chargé dix équipes d’architectes de réfléchir au Grand Paris. Après neuf mois de travail, on retiendra surtout l’audace de ces grands noms de l’architecture : Jean Nouvel, Christian de Portzamparc, Roland Castro, Richard Rogers, mais aussi du plus jeune Djamel Klouche avec un projet très conceptuel sur les territoires oubliés de la métropole.

Mais globalement, les équipes ont planché sur la métropole d’après Kyoto : elle est plus verte – au sens propre – avec plus de parcs bordés d’immeubles, des toitures recouvertes de pelouses… Mais aussi au figuré : illuminée d’ampoules basse consommation, puisant leur énergie dans des panneaux photovoltaïques ou des éoliennes.

Ses transports aussi sont plus écologiques : des voitures électriques, des vélos mais aussi un métro aérien ultra rapide au-dessus du périphérique ou une gare TGV sous les Halles.

Une seule équipe a choisi un projet très concentré. Sinon, la plupart étendent les frontières du Grand Paris, jusqu’à Antoine Grumbach qui propose d’aller jusqu’au Havre en suivant la vallée de la Seine.

Nicolas Sarkozy devrait donc annoncer 35 milliards pour les transports en Ile-de-France. Il reprend les propositions de la région et notamment la liaison Arc Express (un métro reliant les terminus) ainsi qu’une rocade ferroviaire en moyenne couronne. Mais il mixte aussi avec le projet de « grand huit » de Christian Blanc : 21 milliards. Un projet qui entend relier les 10 pôles économiques de la région, notamment les aéroports.

Le chef de l’Etat devrait aussi annoncer la construction de 70.000 logements par an, soit le double de ce qui se fait actuellement. Par ailleurs, il devrait proposer aux équipes d’architectes de former un laboratoire de réflexion sur le Grand Paris pour s’inspirer encore de leurs idées et les mettre en pratique.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :