Grand Paris : les résultats de la consultation internationale

©Le Moniteur,revue en ligne, tous droits réservés.

image_2009_04_24_397175_625x418

Equipe Portzamparc : un métro rapide annulaire et une nouvelle gare

Le projet de transport collectif annulaire, train léger implanté au-dessus du périphérique, permettrait des liaisons métropolitaines rapides sans passer par le centre grâce à ses vingt stations aux principaux axes de croisement des flux radiaux. Il compléterait la fonction de « cabotage » du tramway des Maréchaux. Raccordé à une nouvelle liaison gare Nord-Europe/Roissy, il relierait sans rupture de charge l’aéroport Charles-de-Gaulle à La Défense. Le projet de gare Nord-Europe, à Aubervilliers au bord du périphérique, regrouperait les gares de l’Est et du Nord et leur « hub » TGV allant de Londres à Bruxelles et Francfort. A proximité de cette gare serait construit un quartier d’affaires et des logements. Sur le faisceau ferré nord serait créé un parc bordé d’un front bâti résidentiel. Le boulevard de Sébastopol serait prolongé sur le réseau ferré est jusqu’à la nouvelle gare

image_2009_04_24_397141_625x418Equipe Nouvel cantal-Dupart Duthilleul : une stratégie de la mutation et du recyclageLa thématique « quartiers, cités, grands ensembles » : la stratégie proposée est d’arrêter les démolitions pour transformer radicalement l’existant par addition, extension, diversification, superposition avec une grande variété de programmes. Plan de principe d’une écoville construite autour du port de Gennevilliers (92). Celui-ci est identifié comme l’un des « hauts lieux » pouvant accueillir des immeubles en hauteur (en rouge sur le schéma) susceptibles de répondre aux besoins à venir en logements, bureaux, commerces et équipements.


image_2009_04_24_398527_625x418Equipe Grumbach : un axe ville-nature jusqu’à la mer
Image nocturne de Seine Métropole. Ville-territoire linéaire organisée autour des modes de déplacement parallèles à la Seine, elle se caractériserait aussi par des développements urbainsperpendiculaires au fleuve – suivant les talwegs liant le plateau à la vallée – associés à des transports collectifs. L’aménagement d’un parc urbain entre Rosny-sur-Seine et Mantes-la-Jolie créerait les conditions d’un retournement de ces deux villes sur cet espace paysager. La ville nature tisserait ses limites avec les paysages alentour. La création d’un nouvel échangeur sur l’A13 s’accompagnerait de la réalisation d’une zone d’activités sous forme d’écoparc.

image_2009_04_24_398565_625x4181Equipe Castro Denissof Casi : organiser une équité urbaine

De nouvelles gares TGV désengorgent les gares centrales et sont connectées aux nouvelles boucles de transports rapides (réseau express et métro automatique aérien sur l’A86).Perspective sur le site des Ardoines, à Vitry. Actuellement colonisée par des installations industrielles, cette anse de la Seine est transformée en morceau de ville insulaire, où les tours-jardins donnent sur un nouveau parc.

image_2009_04_24_398669_625x418Equipe Secchi-Vigano : privilégier eau et biodiversité
La ville poreuse se construit dans une nouvelle relation à l’eau qui renforce les zones humides – les wetlands – pour la pratique de nouveaux loisirs, et densifie les ports. Ci-dessus, proposition de scénario, au sud de Paris, entre des lotissements pavillonnaires (l’Oly) et deux grands ensembles de tours (la Croix Blanche). La restructuration d’un ancien tissu industriel. Près de la zone humide, les logements et équipement sur pilotis libèrent les rez-de-chaussée pour les loisirs de plein air. Les nouveaux bâtiments de production, situés sur des plates-formes en hauteur, sont protégés des crues. L’énergie solaire est produite sur les toitures terrasses.


image_2009_04_24_398735_625x418Equipe Lion Groupe Descartes : optimiser l’existant
Le groupe Descartes dresse le constat d’une mobilité qui éloigne alors qu’elle devrait rapprocher. Plutôt que de terminer « la toile », il identifie les segments stratégiques de transports en commun à réaliser ou à améliorer pour relier des sites prioritaires ou en désenclaver d’autres. A Evry, projet de transformation de la N7 en boulevard métropolitain. Le plafonnement de la vitesse à 50 ou 70 km/h permettrait l’aménagement des nationales en boulevards requalifiés, réurbanisés et paysagés dans lesquels s’intégreraient des bus en site propre ou des tramways. En écho aux boulevards parisiens, elles pourraient devenir des lieux de promenade, de fête, de distraction.


image_2009_04_24_398811_625x418

Equipe Rogers Stirk Harbour : des armatures multiconnectées
Les armatures vertes couvrant les faisceaux ferroviaires arriment Paris à sa banlieue tout en se connectant sur un parc linéaire créé autour du boulevard périphérique. Coupe de principe montrant la couverture d’un faisceau ferroviaire par une strate d’équipements techniques urbains et par un parc collinaire reliant les deux rives où sont implantées des tours bâtiments.

image_2009_04_24_398871_625x418Equipe l’AUC : agir à toutes les échelles
Le TTGL (Très Très Grand Louvre). Les sept modes d’intervention proposés pour l’avenir de la métropole doivent opérer sur les microlieux, les territoires oubliés ou médiocres et sur les sites capables de générer de la valeur économique, ou emblématiques à l’instar du Louvre (en photo).Ce dernier, connecté aux flux et aux commerces, pourrait devenir un très grand lieu de rassemblement, un « collecteur métropolitain » (en maquette). Vivre ensemble dans le pavillonnaire. L’avenir métropolitain ne doit pas exclure la maison et son jardin, élément fort de la tradition urbaine (55 % du domaine bâti en Ile-de-France), mais qui ne fait pas la ville. Comment assumer cet objet politique et l’envisager dans une nouvelle relation à la métropole ? Le travail en maquette projette trois maisons singulières et plusieurs scènes de la vie ordinaire.

image_2009_04_24_398887_625x418Equipe MVRDV : pour une ville plus compacte et plus intense
Un certain nombre de parcs ou de forêts du Grand Paris sont assez peu fréquentés. Il serait possible de les ouvrir par une voie nouvelle et de densifier leur périphérie pour augmenter leur usage. Les bords de rivières ont été repérés comme des espaces à fort potentiel de développement. Construire des programmes résidentiels, en laissant des espaces publics sur les rives, permettrait d’offrir un lieu de vie agréable à plus de monde.

image_2009_04_24_398955_625x418Equipe LIN : pôles intenses et ville légère
Maquette de transformation à Montesson (Yvelines). La confrontation abrupte entre tissu pavillonnaire et surfaces cultivées laisse place à une « rue-marché » traversant la plaine, bordée par un parcellaire adapté à l’agriculture urbaine.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :