No Limit. Etude prospective de l’insertion urbaine du Périphérique de Paris

© No Limit, TVK , Pierre Alain Trévelo, Antoine Viger-Kohler ; Editions du Pavillon de l’Arsenal, 328 pages,(2008).

Le boulevard Périphérique a plus de trente ans maintenant et il reste un objet mal connu. Une infrastructure, un bâtiment. Un boulevard sans modèle urbain. Une formidable source de développement et un puissant serviteur urbain. Mais aussi un dévastateur de territoires. Une enceinte de béton, un symbole de la métropole invivable. Une ligne entre deux mondes… On ne peut réfléchir à l’insertion urbaine du Périphérique sans se pencher précisément sur les territoires qu’il traverse. Positionné sur la limite administrative, les territoires concernés appartiennent à de nombreuses communes. Avec TOMATO, nous avions nommé l’entité formée par ces territoires la Ville du Périphérique, pour souligner la prégnance de l’infrastructure sur les territoires, mais aussi pour faire l’hypothèse de sa capacité à être « urbanisateur ». La Ville du Périphérique est encore dans un stade primaire : ville issue d’une table rase – celle de l’arasement des fortifications – du côté Paris, et ville collage, en mutation, du côté banlieue. Une ville moderne et jeune mais aussi une ville contrastée, une ville du à la fois : à la fois centrale et périphérique, métropolitaine et locale, traversée et habitée, vide et occupée, paysagère et négligée, nécessaire et dénigrée, puissante et inerte. Loin d’une stratégie ambulancière ou réparatrice, nous souhaitons ainsi proposer une attitude volontaire et enthousiaste. Car il est temps, comme la présente étude le propose, de changer notre regard sur le Périphérique et d’assister les acteurs publics dans la construction d’une pensée politique autour du Périphérique et dans sa communication auprès du public au travers de projets exemplaire.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :