Trois questions à Jean-Paul Huchon

Propos recueillis par Denis Demonpion, © Le Point, 2008

Le Point : Qu’attendez-vous du plan de modernisation des transports de Paris et de la région Ile-de-France ?

Jean-Paul Huchon : A l’avenir, toute une partie du trafic qui passe aujourd’hui par Paris devra contourner la capitale. C’est dans cet esprit que s’inscrit le plan de transports destiné à favoriser les déplacements de banlieue à banlieue que nous avons déposé chez Jean-Louis Borloo et qui fait l’objet de négociations. Beaucoup a été fait. Une douzaine de projets ont été lancés, qui devraient être achevés d’ici à 2013. La priorité va à l’extension et à la création de rocades de tramways, un moyen de transport moins coûteux que le métro. Et au prolongement de huit lignes de métro. Nous défendons la création de la rocade Arc Express. Les études, attendues pour la fin de l’année, diront s’il est préférable d’opter pour un métro souterrain sur tout le tracé ou si des parties peuvent être aériennes, sachant qu’un métro enterré coûte quatre à cinq fois un métro aérien.

Qu’en est-il des liaisons par voie navigable ?

Depuis le 1er novembre, nous avons lancé, à titre expérimental et pour un an, un nouveau service de transport sur la Seine : Voguéo. Il va de la gare d’Austerlitz à l’école vétérinaire de Maisons-Alfort et fait notamment escale à la Bibliothôque François-Mitterrand. Les dessertes sont assurées toutes les vingt minutes par cinq bateaux d’une capacité de 70 à 80 personnes. Le public est pour le moment principalement composé de touristes et de personnes âgées, mais aussi d’étudiants qui se rendent sur la zone universitaire de Tolbiac. Si l’expérience est concluante, ce qui paraît être le cas, des navettes seront ouvertes un peu plus tard, côté ouest, jusqu’à la tour Eiffel. Financée à 100 % par la région, cela revient à 5 millions d’euros par an. A terme, Voguéo, une marque déposée par le STIF, a vocation à relier Alfortville à Suresnes, en traversant tout Paris sur la Seine. Il faudra un peu de temps, car il faut neuf mois au chantier naval Fountaine Pajot à La Rochelle pour construire un bateau. Voguéo reste un trôs bon complément aux transports existants, même si, avec 70 000 voyageurs par an, cette ligne n’a pas la prétention de rivaliser avec les 12 millions de personnes transportées par le métro.

Comment se passent les discussions avec les représentants de l’Etat et les élus de l’opposition régionale ?

Qu’on s’entende avec Jean-Louis Borloo, ça, c’est sûr. Nous avons un contrat avec l’Etat que nous honorons. On s’est mis d’accord avec le ministre pour que la réalisation de ce projet soit une oeuvre commune. Lorsqu’il s’agit de discuter du financement de la tangentielle Ouest, un projet à 200 millions et que Pierre Bédier, président du conseil général des Yvelines, s’accorde avec la région qui met 100 millions, je me dis que c’est assez nouveau. Même chose quand il s’agit du projet de tramway Châtillon-Viroflay.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :