Ile-de-France – Comment les architectes voient le Grand Paris

Sébastien Ramnoux © Le Parisien

BERTRAND DELANOE a pris tout le monde de vitesse, il y a dix jours, en présentant le spectaculaire projet de tour pyramide dans le XV e arrondissement. Pendant ce temps, où en sont les 10 équipes d’architectes, missionnées en juin par Nicolas Sarkozy pour présenter des projets d’aménagement de Paris et sa banlieue ? Après avoir pris un peu de retard, ils passent aujourd’hui la vitesse supérieure. Les 10 équipes, retenues dans le cadre de la consultation baptisée le Grand pari de l’agglomération parisienne, remettent aujourd’hui un premier travail au comité de pilotage dirigé par le ministère de la Culture.


Une étape d’analyse Lundi prochain, tout ce petit monde se retrouvera dans un séminaire au Conseil économique et social pour confronter ses premiers travaux. « Pour l’instant, c’est surtout un travail d’analyse, à la fois sur le terrain, mais aussi de la masse de documents et de cartes qui nous ont été remis et qu’on appelle entre nous le m 3 tellement il y en a ! » explique l’urbaniste Michel Cantal-Dupart, qui travaille avec l’architecte Jean Nouvel. « Nous n’en sommes pas encore à finaliser nos projets, mais on a des pistes comme l’urbanisation des zones industrielles, universitaires ou commerciales. »
Des architectes en liberté Pour l’instant, la plupart des équipes se sont donc concentrées sur le constat socio-économique de l’Ile-de-France et leur méthode de travail. Antoine Grumbach, qui a popularisé l’idée d’un Grand Paris jusqu’au Havre, poursuit son idée : « Dans mon projet, la Seine est l’axe majeur du développement de l’Ile-de-France jusqu’au port du Havre. Pour le prouver, je vais proposer que le fleuve soit le site d’une exposition universelle sur la ville du XXI e siècle, qui mettrait en lumière les atouts de l’axe Paris-Rouen-Le Havre. » Fidèle à sa réputation, l’architecte Roland Castro, qui s’était déjà attelé au Grand Paris il y a vingt-cinq ans, fourmille d’idées : « Moi je suis déchaîné, jubile l’architecte, qui avait tenté de se présenter à l’élection présidentielle au nom du Grand Paris. Mon but, c’est d’en finir avec les banlieues, en faire des territoires de développement comme les autres. Je vais proposer de construire un quartier d’affaires plus grand que la Défense, sur une île créée sur la Seine, à Vitry. Ensuite, pour moi, l’un des plus beaux sites d’Ile-de-France est le port de Gennevilliers, j’en ferai un site prestigieux, avec un magnifique opéra, par exemple. Le parc de La Courneuve deviendra l’espace vert central du Grand Paris, comme Hyde Parc à Londres. Dans Paris, je construirai des tours autour de celle de Montparnasse, dont l’échec tient à l’isolement. La liberté que nous laisse cette consultation est formidable ! »
Un calendrier serré Début décembre, les 10 équipes devront rendre leurs travaux sur le côté écologique et développement durable de la métropole parisienne. En février, ils devront présenter leurs propositions concrètes d’aménagement, leurs projets pour les vingt ans à venir, qui seront présentés ensuite dans une exposition à la Cité de l’architecture.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :