Nouvel: « Pourquoi s’opposer aux tours par principe? »

Bertrand Greco. © Le Journal du Dimanche 

Quatorze « vedettes » de l’architecture mondiale* accompagnent Nicolas Sarkozy, lundi à 11 h 30, lors de l’inauguration de la Cité de l’architecture et du patrimoine, au palais de Chaillot. Ces créateurs auront une réunion de travail avec les conseillers du président sur le thème de l’architecture. C’est l’occasion d’interroger Jean Nouvel, le plus célèbre français en la matière.

Vous allez être reçu à l’Elysée avec treize confrères. Quel est le but de cette rencontre au sommet ? Et quels messages entendez-vous faire passer ?
Le président de la République a voulu inviter des architectes représentatifs de l’architecture internationale. Je crois qu’il s’agit d’une discussion autour du thème « Architecture d’aujourd’hui, patrimoine de demain ». En ce qui me concerne, je ferai part de mes convictions. Je combats l’architecture « générique », qui consiste à cloner des modèles standards. Partout sur la planète, on construit la même chose, les mêmes types d’habitats, les mêmes bureaux de verre à l’américaine, les mêmes centres commerciaux. Ou alors, on pratique ce que j’appelle l’architecture parachutée: un architecte artiste crée une « oeuvre » sans tenir compte de l’environnement, du contexte ou des paramètres humains. Moi, je défends une architecture « spécifique », qui tient compte du site où elle s’implante, de son histoire, de l’usage du bâtiment.

Pensez-vous que Paris manque d’audace architecturale ? Faut-il construire des tours ?
Pour moi, la priorité se situe en périphérie. Le problème des banlieues est déterminant. Depuis des décennies, on a laissé les quartiers défavorisés se dégrader, se transformer en ghettos, sans équipements collectifs, sans commerces, sans transports. Il est impératif de modifier en profondeur ces zones de ségrégation, qui ne peuvent générer que malaise et violences. Sinon, les mêmes causes créeront les mêmes effets. Concernant Paris intra-muros, les architectes ont le devoir d’imprimer leur marque, sans abîmer la ville existante. Les politiques doivent prendre leurs responsabilités, avoir une vision projectiviste. Des villes comme Londres ou Barcelone évoluent, se transforment. Il n’y a aucune raison pour que Paris ne vive pas avec son temps et s’enferme dans une image « Amélie Poulain » ou « Jacques Tati ». On a l’obligation d’être ambitieux, pour être à la hauteur de l’histoire qui précède. Pourquoi s’opposer aux tours par principe ? Il n’est pas question de détruire des quartiers, comme cela a été fait à Montparnasse. Ni de cloner des gratte-ciel à l’américaine, tous identiques. Mais on peut faire de l’acupuncture ici et là. Habiter en hauteur peut être source de plaisir, il y a des avantages, comme le soleil ou la vue extraordinaire. J’espère que ces questions seront au coeur de la campagne municipale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :