Etude d’insertion urbaine du boulevard périphérique

© paris.fr. Section du site internet de la Ville de Paris- http://www.paris.fr- destinée aux questions de Paris métropole.

img_270222La Ville de Paris et la Région Ile-de-France ont lancé une étude sur l’insertion urbaine du boulevard périphérique.

L’équipe retenue, constituée du cabinet d’architectes urbanistes Trévelo & Viger-Kohler (TVK), associé aux bureaux d’études Berim et RFR et à l’agence paysagiste TER, propose une réponse qui s’inscrit dans un cadre prospectif non opérationnel.

Le boulevard périphérique a été inauguré en 1973. D’une longueur de 35 kilomètres, son tracé suit assez précisément la limite entre Paris et les communes limitrophes. Il est perçu comme générateur de nuisances (bruit et pollution), mais également de coupures. L’amélioration de son insertion dans la ville constitue une question complète et complexe.

L’étude porte un regard global sur les évolutions du boulevard périphérique et propose de mieux préparer, notamment à moyen et long terme, les conditions de réalisation de nouveaux projets. Cette approche prend en compte les mutations des territoires « traversés ». Abordée dans une perspective métropolitaine, l’insertion du périphérique devient un objet de valorisation urbaine des territoires concernés par l’infrastructure.

La première partie de l’étude intitulée « Les identités métropolitaines » présente les enjeux de l’insertion du périphérique à l’échelle de 16 territoires identifiés, tandis que la seconde, « Les stratégies métropolitaines et locales », propose et développe des scénarios précis sur 6 sites choisis par la Ville de Paris et la Région Ile-de-France.

L’intégralité de l’étude est consultable sur rendez-vous à la Mairie de Paris, Direction de l’Urbanisme.

Source: http://www.paris.fr/portail/accueil/Portal.lut?page_id=6135&document_type_id=4&document_id=49287&portlet_id=14061

DÉFINITION DES IDENTITÉS ET CARTE DES 16 TERRITOIRES

L’équipe a défini 16 territoires transversaux qui constituent des identités métropolitaines différenciées. Plusieurs facteurs ont étés pris en compte dans le travail de reconnaissance de ces identités :

• les dynamiques transversales dominantes : vecteurs de paysage (Seine, canaux, voies ferrées), tracés historiques (cours de Vincennes, axe de la Chapelle, axe historique Louvre–Défense), autoroutes et nationales pénétrantes dans Paris ;

• le statut du boulevard périphérique : ses différentes configurations (en viaduc, à niveau, en tranchée ouverte et en tranchée couverte) répondent souvent aux particularités des territoires traversés et contribuent à définir des situations urbaines spécifiques ;

• la cohérence morphologique et programmatique des tissus urbains ;
• la situation socio-économique (ex : le grand territoire de l’est qui regroupe plusieurs situations urbaines différentes mais dont les conditions sociales sont similaires).
Ce travail a permis de définir l’identité dominante et le contour de ces 16 territoires.
Le contour de chaque identité métropolitaine ne doit pas être considéré comme une limite étanche : des analogies existent parfois d’un côté et d’autre de ces formes et la carte des liens inter-territoires montre que de logiques fortes relient bien sûr les identités métropolitaines. La définition et le contour des identités métropolitaines ne sont donc pas figés.


Source:http://www.paris.fr/portail/accueil/Portal.lut?page_id=6135&document_type_id=4&document_id=49287&portlet_id=14061&multileveldocument_sheet_id=9189

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :