Annulation de la consultation internationale sur le Grand Paris

© Nouvel Observateur 

L’appel d’offre pour le « le grand pari de l’agglomération parisienne », qui devait faire plancher dix stars de l’architecture française et internationale sur le devenir du Grand Paris, vient d’être déclaré sans suite par le ministère de la Culture.

 

Lancé dans la précipitation le 27 décembre dernier, l’appel d’offres pour le « le grand pari de l’agglomération parisienne », qui devait faire plancher dix stars de l’architecture française et internationale sur le devenir du Grand Paris, vient d’être déclaré sans suite par le ministère de la Culture, apprend-on dans un courrier de l’établissement public de maîtrise d’ouvrage des travaux culturel (EMOC), daté du 6 mars. La faute à un vice de forme (pas de référence à la date de transmission au JO de l’Union européenne), faisant peser un risque juridique sur la procédure.

Cette consultation internationale, dont l’idée avait été évoquée par le président Sarkozy dès l’inauguration de la Cité de l’Architecture et du patrimoine le 17 septembre dernier, avait beaucoup agité le landerneau architectural en ce début d’année. Le ministère de la Culture voulant aller très vite –trop vite manifestement– afin que cette consultation puisse donner lieu à exposition, dès septembre, dans le cadre du Pavillon français de la Biennale d’architecture de Venise, puis fin novembre à la Cité de l’architecture.

Obligeant à relancer la procédure à zéro (les dossiers déposés par les candidats sont ainsi en passe d’être restitués à leur auteur), le vice de forme relevé par les services du ministère ne devrait pas être du goût de la présidence. Très attendue, la consultation internationale constitue en effet la pierre de touche de la stratégie sarkozyenne pour le Grand Paris, une stratégie plus « urbaine » qu’institutionnelle. Le président du groupe UMP à la Région, Roger Karoutchi, avait ainsi appelé à inverser la logique suivie jusque là par Bertrand Delanoë et les 40 élus de banlieue (essentiellement de gauche et du centre) réunis au sein de la « conférence métropolitaine ». Plus que de solidarité financière et d’une harmonisation des efforts en matière de transports et de logement social, l’agglomération parisienne aurait besoin selon lui de 10 grands gestes architecturaux capables de faire rayonner Paris et d’apprendre aux collectivités à travailler ensemble. Nicolas Sarkozy et Roger Karoutchi attendaient beaucoup de cette consultation pour défendre leur grand dessein. Il leur faudra attendre encore un peu.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :