Goasguen : «En finir avec la frilosité sur le Grand Paris»

Guillaume Perrault, © Le Figaro

Alors que le Conseil de Paris se réunit lundi, le député maire du XVIe lance un courant au sein du groupe UMP de la capitale.

LE FIGARO. Près de deux mois après sa défaite, où en est la droite à Paris ?
Claude GOASGUEN. Notre grande erreur pendant la campagne municipale a été de faire la danse du ventre aux bobos. Du coup, les Parisiens n’ont plus perçu une différence très nette entre Bertrand Delanoë et nous. Il aurait mieux valu s’adresser aux couches populaires. La victoire spectaculaire de la droite populaire à Rome et à Londres nous montre le chemin. Il n’y a pas de fatalité à ce que les capitales européennes soient dirigées par la «gauche caviar».

Mais les couches populaires ont souvent dû quitter la capitale pour la banlieue…
Justement, on peut enrayer cette évolution en construisant le Grand Paris, comme Nicolas Sarkozy l’a préconisé en juin. Je veux défendre ce «grand dessein» au niveau parisien. Aussi, je lance aujourd’hui un courant pour le Grand Paris au sein du groupe UMP de la capitale. Jusqu’alors, l’UMP avait l’habitude de s’organiser en fonction des sensibilités de chacun, gaullistes, libéraux, centristes. Je préconise de nous regrouper désormais autour de thèmes fédérateurs. C’est le moyen d’en finir avec le manque de débat interne, qui est un des maux de la droite.

Roger Karoutchi, chef de file UMP au conseil régional d’Ile-de-France, s’est emparé de ce thème. Que proposez-vous de nouveau ?
Élu des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi a une vision très restrictive du Grand Paris. Il propose un simple syndicat mixte pour mettre en œuvre des projets communs à plusieurs collectivités locales en matière de transports ou de logement. C’est très insuffisant. En réalité, Roger n’a pas envie d’avoir des difficultés avec les barons de l’UMP dans les départements de la petite et de la grande couronne, parce qu’il ambitionne de conduire la droite aux régionales de 2010. Il faut en finir avec cette frilosité des élus locaux attachés à leur fief, et donner la parole aux Franciliens aux régionales. Nicolas Sarkozy ne devrait pas voir mon projet d’un mauvais œil, même si, j’en conviens, cela ne se fera pas sans soubresauts.

Êtes-vous partisan d’une communauté urbaine à Paris ?
Ce serait l’idéal, car Paris est la seule agglomération de France à ne pas avoir de communauté urbaine avec les communes limitrophes. Mais il me paraît plus réaliste de créer une communauté d’agglomération, qui exerce de droit certaines compétences développement économique, politique de la ville et laisse aux communes le choix de mettre ou non en commun d’autres dossiers comme l’assainissement des eaux ou les équipements culturels et sportifs. Créer une communauté d’agglomération, c’est un projet exigeant, mais on peut y parvenir.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :