Éditorial : Territoires

Didier Pourquery. © Libération tout droit réservés

Dans la démarche de Bertrand Delanoë tout est une question d’expansion territoriale finalement.

Il milite pour un Paris qui s’étend, une métropole qui ferait naître un Grand Paris comme il existe un « Greater London ».

Mais dans le même temps, il confirme ses ambitions au sein de la galaxie PS en étendant peu à peu son territoire politique bien au-delà des vingt arrondissements.
Connaissant l’habileté (et le sens du détail) du maire de Paris, cette double stratégie est évidemment mise en oeuvre au centimètre près.

Pour apparaître un jour sur la scène nationale avec un bilan d’exception, il doit agir sur deux problèmes majeurs de l’espace parisien qui sont le logement et le transport. Pour être efficace dans ces domaines, il est vrai que l’établissement d’un ensemble intercommunal de poids peut être un outil très utile.

Dans le même temps, l’homme du Vélib’ et de Paris Plages sait que son bilan actuel dans la capitale le place déjà dans le peloton de tête des sondages de popularité. Sa belle réélection l’a renforcé. De quoi lui donner le poids nécessaire à la phase de conquête pied à pied des sections socialistes.On ne nous fera pas croire, dès lors, que le successeur de Jacques Chirac (oublions la parenthèse Tiberi) à l’hôtel de ville n’a pas en tête d’étendre encore davantage son territoire et ne rêve pas à l’Elysée.

La future bagarre à la tête du PS pour la candidature à la présidentielle passera de toute façon par une bataille de bilans entre bons gestionnaires de territoires. Présidente de région contre leader politique francilien par exemple. Pourquoi pas ?

  
  •  Didier Pourquery
Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :