Politique. Tous à l’assaut du Grand Paris

Marie-Anne Gairaud, Le Parisien, 14 avril 2008, © Tous droits réservés

Deux rencontres ont lieu, aujourd’hui et jeudi, pour définir ce que pourrait devenir le Grand Paris. Plusieurs visions s’affrontent sur fond de bataille politique.

Ils n’ont plus que cette idée en tête. Les élus franciliens vont débattre toute la semaine du Grand Paris. Aujourd’hui d’abord, Roger Karoutchi, chef de file UMP au conseil régional, réunit les élus franciliens de droite. Jeudi, c’est Jean-Paul Huchon, le président PS de la région, qui bat le rappel pour un débat avec l’ensemble des conseillers régionaux. A droite comme à gauche, le constat est le même : pour faire face à la concurrence internationale, à la crise du logement ou à l’engorgement des transports, Paris doit sortir de son carcan de 105 km 2 , un territoire trop restreint face au grand Londres (1 580 km 2 ) ou à Madrid (607 km 2 ). Le diagnostic est unanime. Mais en pratique, c’est la cacophonie qui règne à droite… comme à gauche. Et la perspective des élections régionales de 2010 n’arrange rien.

Quelles frontières et quels moyens ? Un petit nouveau s’est récemment invité dans le débat : l’Etat. Le président Sarkozy a désigné, le 18 mars, Christian Blanc comme secrétaire d’Etat chargé du Développement de la région capitale. Un pas en arrière dans la décentralisation ? Jean-Paul Huchon, le patron PS de l’Ile-de-France, le redoute. Bertrand Delanoë, le maire de Paris, ou Claude Bartolone (président du conseil général de Seine-Saint-Denis) accueillent, eux, la nouvelle plus sereinement. Pour le moment, l’ordre de mission de secrétaire d’Etat reste flou. Il vient tout juste de désigner son directeur de cabinet (un fidèle, Marc Véron, ancien n o 2 d’Air France et ex-Monsieur Fret à la SNCF), mais reste muet sur ses intentions. Le député des Yvelines (Nouveau Centre) a juste appelé à introduire « un peu de rêve » sur le sujet. Avant de rêver cependant, il faudra répondre à des questions très précises. Quelles frontières donner au « Grand Paris » ? Où puiser les moyens financiers ? Et surtout : qui pilotera cette nouvelle entité ? Pour l’heure, Christian Blanc consulte. Mais arrivera-t-il à dépasser les clivages sans s’engluer dans le débat institutionnel ? Bertrand Delanoë qui a initié, en 2006, le dialogue entre Paris et ses voisines de banlieue avec sa Conférence métropolitaine, propose, quant à lui, des assises de l’agglomération parisienne avec les élus, l’Etat et la région avant l’été.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :