Des rivalités gouvernementales perturbent la mission de Christian Blanc sur le Grand Paris

Béatrice Jérôme. © Le Monde tout droit réservés

DROITE LA COURSE À LA PRÉSIDENCE DE LA RÉGION ÎLE-DE-FRANCE A COMMENCÉ

CHRISTIAN BLANC veut  » faire rêver  » sur le Grand Paris. Mais, à peine nommé secrétaire d’Etat au développement de la région-capitale, l’ancien patron d’Air France est confronté à un premier défi : éviter que la réflexion sur la future organisation institutionnelle de l’Ile-de-France ne se réduise à un sujet de rivalité électorale entre deux autres secrétaires d’Etat : Yves Jégo (outre-mer) et Roger Karoutchi (relations avec le Parlement), qui se disputent la candidature de l’UMP à la présidence de la région en 2010.

Les bisbilles se multiplient entre MM. Jégo et Karoutchi. Dernier épisode en date : un  » déjeuner de travail  » sur les grands enjeux régionaux auquel M. Karoutchi a convié ses collègues ministres franciliens, mercredi 2 avril, en présence de M. Blanc. M. Jégo, maire de Montereau-Faut-Yonne (Seine-et-Marne) affirme ne pas y avoir été explicitement convié. M. Karoutchi se défend d’avoir cherché à l’évincer.  » Il y a huit jours, affirme le président du groupe Majorité présidentielle à la région, François Fillon m’a demandé de faire que les choses se passent bien entre nous. C’est ce que j’ai fait.  » L’entourage de M. Karoutchi assure, à l’inverse, que  » Jégo s’est fait passer un savon par Claude Guéant – secrétaire général de l’Elysée – et Fillon « , mercredi 26 mars. Ce jour-là, dans Le Parisien, M. Jégo, à peine nommé au gouvernement, s’était déclaré  » candidat à la candidature  » UMP pour la présidence de la région.

 » M. Fillon m’a seulement mis en garde contre le risque d’escalade entre nous deux « , rectifie M. Jégo. Ce dernier ajoute que, à la veille de son entrée au gouvernement, Nicolas Sarkozy lui aurait dit, au sujet de ses ambitions régionales :  » Rends-toi incontournable.  »

La compétition entre les deux hommes est d’autant plus délicate à gérer pour M. Blanc qu’ils s’opposent sur la configuration du Grand Paris. M. Jégo milite pour une  » communauté urbaine qui engloberait la capitale et les communes limitrophes. Elle financerait notamment elle-même ses transports « . Dans ce schéma, le conseil régional aurait plus de moyens qu’aujourd’hui à consacrer à la grande couronne. M. Karoutchi n’est pas favorable à la création d’une nouvelle structure politique à l’échelle de l’agglomération parisienne.  » Voyons d’abord les projets à mettre en commun et ensuite la façon de nous associer « , indique-t-il.

Lors du déjeuner de mercredi, M. Blanc s’est gardé de choisir entre les deux scénarios. D’autant qu’un troisième pourrait surgir : Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et élue des Yvelines, n’exclut pas de se porter elle aussi candidate pour 2010.

 

 

  • Béatrice Jérôme
Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :