Etude d’insertion urbaine du boulevard périphérique

Paris métropole.
Section dans le site internet de la Ville de Paris- http://www.paris.fr- destiné au question de Paris métropole.

Le diagnostic : « Périphérique et central »

ll faut appréhender le périphérique dans son espace, celui de la métropole, et dans son temps, celui des grandes questions politiques de l’intercommunalité, du développement métropolitain et de la ville durable.

Au sein de l’agglomération dense, le périphérique est maintenant devenu central.

Il a longtemps défini les limites d’un centre, doublé la limite administrative, justifiant en cela son statut de territoire périphérique aux portes de Paris. Désormais, il se trouve pris au sein d’un coeur d’agglomération élargi. Sa position géographique au centre de la zone dense, son utilisation quotidienne de plus d’un million de véhicules, sa notoriété remarquable font déjà du périphérique un espace central. Il faut le concevoir ainsi, comme le coeur d’une organisation métropolitaine dont il diffuse la centralité et organise les mobilités.

Le périphérique a des qualités qui le rattachent à des échelles multiples : celle de la métropole, comme celle de la vie locale. Le périphérique est à la fois lieu de séjour, de mobilité et d’emploi. Au sein de la zone dense, c’est un territoire de mise en relation et de rupture. Administrativement, le périphérique sépare, fonctionnellement, il rassemble.

Aujourd’hui encore, le périphérique existe dans cette double dimension de dernière enceinte qui contient Paris et de première rocade métropolitaine qui distribue et diffuse. Il est à la fois un jalon historique dans le développement de la métropole et le dernier jalon symbolique du territoire parisien. Cette identité paradoxale est représentative d’une métropole en transformation.

Marqué symboliquement par ses enceintes successives, Paris souffre d’un problème d’image. La lecture concentrique du territoire parisien est appelée à s’ouvrir. C’est l’un des grands enjeux parisien qui se pose aujourd’hui ici, et qui conditionne bien entendu l’avenir de la métropole.


Spatialement comme symboliquement, ces territoires du périphérique portent en eux une occasion historique. Ils représentent aujourd’hui le point de contact : nous pouvons passer de la ligne de partage au lieu partagé.

Le périphérique est l’espace où Paris peut se réinventer, où Paris peut à nouveau produire du Paris. La centralité est la thématique parisienne par excellence. C’est elle qui donne sa qualité à l’urbanité parisienne. Mais il faut un nouveau souffle, une réinvention où la centralité pourrait à nouveau occuper une place fondamentale.

Il s’agit aujourd’hui de diffuser la centralité, de multiplier les centralités (sinon comment sortir efficacement du centralisme sans tomber dans l’étalement comme les décennies précédentes l’ont montré). La qualité de centralité est avant tout liée à l’identité des lieux, au caractère marquant et attractif des espaces et des paysages urbains. Les territoires du périphérique abritent aujourd’hui des qualités réelles, mais aussi de lourds handicaps. Sur ces territoires, la vie est fragile mais la richesse des usages est grande.
Il faut travailler pour que ces lieux de passage deviennent également des lieux de destination.

Parler de centralité sur le périphérique, c’est donc s’inscrire dans une continuité parisienne. Pourtant, cette continuité est thématique, elle n’est pas formelle : il ne s’agit pas de rejouer l’histoire parisienne, de reproduire les systèmes connus, pour la plupart inadaptés ou inopérants ici. Reparler ici de centralité, c’est réinventer les formes modernes d’une centralité parisienne, exprimant la diversité des identités traversées.

La lecture territoriale qui porte le projet n’est pas unitaire, elle n’uniformise ni les visions ni les réponses. Si la centralité d’un territoire s’appuie sur l’attractivité, la visibilité, l’accessibilité, elle se fonde surtout sur l’identité particulière du lieu, d’où elle puise sa force et sa valeur. Elle s’appuie sur l’idée d’une complémentarité entre territoires, plutôt que sur celle d’une uniformité qui supposerait leur mise en concurrence.

Source: http://www.paris.fr/portail/accueil/Portal.lut?page_id=6135&document_type_id=4&document_id=49287&portlet_id=14061&multileveldocument_sheet_id=9212
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :