Un dessein, cinq scénarios

Gurvan Le Guellec, © Nouvel Obs

Quelles compétences et quel périmètre pour la capitale élargie ? Les propositions se multiplient. Qui l’emportera ? Décryptage des projets en concurrence.

  • L’agence sans risques
    Initiateurs
    Roger Karoutchi, président du groupe UMP à la Région, et Françoise de Panafieu.
    Concept
    Communes et départements de l’agglomération parisienne adhèrent sur la base du volontariat à un « syndicat mixte ouvert », auquel participe l’Etat et éventuellement la Région. Sans ressources ni compétences propres, cette instance de coordination a pour mission de lancer des « grands projets urbanistiques », en partenariat avec le privé. A terme, ce syndicat pourrait se transformer en établissement public d’aménagement (EPA) comme à la Défense, plus contraignant, capable de passer outre les règlements d’urbanisme des villes.
    Avantages
    Consensuel, si l’on reste au stade du volontariat.
    Inconvénients
    Ne se préoccupe que d’urbanisme. Faute de financement propre et sans garantie d’adhésion des collectivités, repose sur les finances fragiles de l’Etat et les partenariats avec le privé.
    Probabilité
    Moyenne à faible. L’absence de solidarité financière entre communes passe mal à gauche. Suppose a minima une victoire de l’UMP à Paris.

 

  • L’ovni conceptuel
    Initiateurs
    Bertrand Delanoë et son adjoint PC Pierre Mansat, en charge des relations avec la banlieue.
    Concept
    Une nouvelle structure, baptisée Paris Métropole, sert d’assemblée aux syndicats mixtes existants (eau, déchets, électricité) et à de nouveaux syndicats intervenant dans des domaines stratégiques ? développement économique, logement, transports. Cette instance gère donc les grandes zones d activité, les implantations de HLM, et est représentée au Stif pour défendre les projets d?intérêt métropolitain comme Métrophérique. Les communes sont intégrées partiellement ou totalement à Paris Métropole selon les questions traitées. Elles mutualisent leurs ressources fiscales.
    Avantages
    Relativement consensuel. Ne remet pas en cause les départements. Permet de traiter chaque problème à sa juste échelle, tout en redistribuant les ressources sur le territoire.
    Inconvénients
    Peu lisible pour le citoyen. Les compétences de la nouvelle structure peuvent se télescoper avec celles des départements. Probabilité Moyenne. Seul Sarko peut contraindre les communes riches du 92 à partager leur magot
  • Métropole IDF
    Initiateurs
    Jean-Paul Huchon, président de Région, et de nombreux élus de grande couronne, comme Yves Jego, candidat à la candidature UMP aux régionales.
    Concept
    Renforcer les pouvoirs de la Région pour résoudre les problèmes structurels de l’agglomération, en lui donnant le leadership sur l’ensemble des questions de déplacements, le logement, et le développement économique. Dans la version Jego, mettre en place une communauté urbaine resserrée autour de Paris. Celle-ci s’occuperait de questions « locales » (bus, Vélib, zones d?aménagement à cheval sur le périf).
    Avantages
    Ne rajoute pas un énième échelon décisionnel. Rassure les élus de grande couronne inquiets du poids pris par Paris Métropole.
    Inconvénients
    La Région, obligée de trouver un consensus avec les départements, est-elle capable de défi nir les projets prioritaires pour le coeur d’agglo ? Beaucoup en doutent.
    Probabilité
    Moyenne à forte.
  • « Cantons » Suisses
    Initiateurs
    Patrick Braouezec, député PC du 93, président de Plaine Commune.
    Concept
    Les villes de la petite couronne s’organisent en une demi-douzaine de grandes intercommunalités très intégrées en matière d’urbanisme (« pétales ») portées par un pôle économique (la Défense, Plaine de France). Ces intercos forment une confédération (« marguerite ») qui redistribuera équitablement les produits de la taxe professionnelle, et défend les intérêts du coeur d’agglo (transports, logement).
    Avantages
    Limite le poids politique de Paris. Favorise le développement de nouveaux centres en banlieue.
    Inconvénients
    Complique encore le millefeuilles institutionnel.
    Probabilité
    Moyenne.
  • La bombe H
    Initiateur
    Philippe Dallier, sénateur UMP du 93 et maire des Pavillons-sous-Bois, chargé d’un rapport sur le Grand Paris par le Sénat.
    Concept
    Une collectivité de plein exercice, avec fiscalité intégrée et président élu au suffrage universel, vient se substituer aux quatre départements et aux intercommunalités de la petite couronne. Le Grand Paris se concentre sur trois ou quatre compétences stratégiques : les transports de surface (taxis, parkings de rabattement, bus, Vélib), la sécurité (police territoriale), le développement économique et le logement (règlement d’urbanisme unique).
    Avantages
    Très forte solidarité financière au sein de l’agglomération, puisque le Grand Paris, outre la taxe professionnelle unique, récupère les impôts locaux prélevés par les départements. Fortes capacités budgétaires pour mener des grands projets métropolitains. Lisibilité pour le citoyen.
    Inconvénients
    Ne propose pas forcément le bon périmètre d’action dans tous les domaines. Se met à dos un maximum d’élus (présidents de conseil général, élus de la Région Ile-de-France confrontés à un Paris surpuissant).
    Probabilité
    Faible, Bertrand Delanoë et Nicolas Sarkozy ayant réaffirmé leur attachement aux départements. L’obédience villepiniste de Philippe Dallier n’aide pas.

 

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :