A la veille des municipales, M. Sarkozy s’engage dans la bataille de Paris

Béatrice Jérôme © Le Monde

La capitale doit  » retrouver sa vitalité, son rayonnement, son attractivité « , a affirmé le chef de l’Etat, qui a préempté le dossier du Grand Paris défendu par M. Delanoë (PS)

A deux mois des élections municipales, le chef de l’Etat s’est directement engagé, mardi 8 janvier, dans la bataille de Paris. S’attaquant au bilan de Bertrand Delanoë (PS), M. Sarkozy a indiqué lors de sa conférence de presse que la capitale devait  » retrouver sa vitalité, son rayonnement, son attractivité « , et qu’elle devait redevenir  » pour le monde entier le symbole d’un art de vivre « .

Ce faisant, le président s’est attribué le mérite d’avoir  » lancé la réflexion sur le Grand Paris « , projet d’unification de la capitale avec sa proche banlieue, en nationalisant ce débat qui occupe depuis des années les élus franciliens.  » Je ne laisserai pas ce projet s’enliser « , ni  » personne le bloquer « , a-t-il prévenu, laissant entendre que l’Etat devait être moteur sur ce sujet.

M. Delanoë a répliqué sur RTL, mercredi matin :  » S’il veut être candidat à Paris, qu’il le soit.  » Paris  » a rattrapé Londres en matière d’attractivité depuis 2001 « , a-t-il souligné.

Contre-attaquant, M. Delanoë a rappelé que les Hauts-de-Seine – fief de M. Sarkozy – s’étaient  » toujours soustraits à la politique de solidarité en matière de fiscalité et des politiques d’hébergement  » à l’échelle de l’agglomération. Il a par ailleurs rappelé son engagement d’organiser, après les municipales, des assises de l’agglomération parisienne. Et s’est dit prêt à  » une véritable concertation  » à laquelle, a-t-il précisé,  » l’Etat ne s’est jamais associé jusqu’ici « .

Mardi, le chef de l’Etat a affiché sa volonté d’aborder le sujet du Grand Paris sous  » l’angle de l’urbanisme – et – de l’architecture « .  » Ma politique de civilisation s’exprimera par une ambition architecturale majeure en la matière « , a-t-il déclaré.

M. Sarkozy a lancé une consultation internationale auprès des architectes. En décembre, à sa demande, la ministre de la culture – et candidate UMP dans le 4e arrondissement de Paris -, Christine Albanel, a ouvert un appel à des projets de recherche et développement au terme duquel seront sélectionnées dix équipes pilotées par un architecte mandataire. Elles devront réunir urbanistes, paysagistes, ingénieurs, économistes, politologues, géographes, historiens, démographes, sociologues pour mener une réflexion théorique sur  » la métropole du XXIe siècle de l’après-Kyoto « .

Elles devront dégager des propositions  » concrètes  » en matière de transports, de logement, d’urbanisme universitaire à l’échelle de l’agglomération parisienne. Leurs travaux seront financés à hauteur de 200 000 euros pour chaque équipe par le ministère de la culture.

Parallèlement, le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, et Georges-Marc Benamou, conseiller culturel à l’Elysée, poursuivent des échanges informels depuis l’automne 2007 avec une dizaine d’architectes, parmi lesquels Jean Nouvel et Christian de Portzamparc. Tous saluent le  » retour d’un volontarisme de l’Etat « , selon l’expression employée par l’architecte François Leclercq.

  • Béatrice Jérôme
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :