Interview de Pierre Mansat après les Assises de la Métropole

Jean-Paul Chapon, © Paris est sa banlieue

« C’est déjà de la gouvernance! » Pierre Mansat revient sur les Assises de la Métropole et la création d’un syndicat mixte ouvert.

« Dix jours après les Assises de la Métropole, Pierre Mansat, adjoint du maire de Paris Bertrand Delanoë, chargé de Paris-Métropole et des relations avec les collectivités d’Ile-de-France fait le point avec Paris est sa banlieue. Il se prépare à des vacances studieuses, comme les membres du bureau de la Conférence Métropolitaine, qui vont travailler à la préparation des statuts du Syndicat Mixte Ouvert et inviter les collectivités de la zone dense à y adhérer. Il l’appellerait bien Paris-Métropole, ce syndicat mixte ouvert qui pour lui est déjà de la Gouvernance, bien qu’il le considère comme une étape transitoire et non un aboutissement. Mais sans brûler les étapes, on pourrait aller de la gouvernance au gouvernement démocratique de la métropole. Pierre Mansat n’aime pas l’option dite de la “Marguerite” pour la zone dense et question intercommunalités, il n’est pas loin de l’opinion du sénateur UMP Philippe Dalier, en les traitant de contresens de l’histoire. Il regrette que le fait métropolitain n’ait pas été assez présent aux Assises de la Métropole. Donc une nouvelle étape dans la construction de Paris-Métropole, en passant d’une Conférence Métropolitaine sans structure organisationnelle à une réunion de collectivités devenant une structure ou une force politique pour dialoguer avec l’Etat. Pierre Mansat considère qu’il y a des possibilités de se rencontrer avec Christian Blanc dans sa démarche, mais rappelle que le Gouvernement pourrait donner des preuves de son amour pour Paris et la métropole à travers des actes forts, notamment en finançant les infrastructures de transports. »

Les premières Assises de la Métropole se sont tenues il y a une dizaine de jours, elles ont débouché sur l’annonce de la création d’un Syndicat Mixte Ouvert d’Etudes. Et maintenant, que va-t-il se passer ?
réponse

Syndicat Mixte Ouvert d’Etude, ça fait un peu « machin », et ce n’est pas avec un intitulé pareil qu’on a des chances d’intéresser les parisiens et les faire adhérer au débat sur le Grand-Paris. Alors ce Syndicat Mixte Ouvert aura-t-il un nom ?
réponse

Des groupes de travail vont se mettre en place à la rentrée, logements, transports, économique, gouvernance, etc. Qui va y participer ? La société civile, les acteurs économiques, les associations qui avaient été annoncées lors de la Conférence Métropolitaine de Vincennes, mais qui n’étaient pas aux Assises, pourront-elles le faire ? Si moi association, je souhaite participer à un groupe de travail, je m’adresse au bureau de la Conférence Métropolitaine ?
réponse

Comment va fonctionner ce syndicat, il sera un interlocuteur du Gouvernement, éventuellement force de proposition sur des questions de péréquation, réforme du FRSRIF, taxe professionnelle, rééquilibrage, etc ?
réponse

Que penses-tu de la demande de moratoire sur les intercommunalités que Philippe Dallier a adressée à Nicolas Sarkozy ? On entend parler de la volonté de l’ACTEP de se transformer en Syndicat Mixte Ouvert également, Montreuil a aussi des idées. Ne court-on pas le risque de créer des grosses entités qui passent de l’émulation à la rivalité ?
réponse

Lors des Assises de la Métropole le maire de Paris a dit une phrase très forte : « Paris n’appartient pas qu’à ses citoyens… on doit un certain nombre de services aux autres qui sont des usagers de Paris intra-muros. » On a l’impression qu’avec cette phrase, comme en écho a sa déclaration il y a quelques mois de « Paris est plus grand que Paris ». Il semble donner une clé du fait métropolitain, qui est loin d’être une évidence pour tous. Il a par ailleurs qualifié le syndicat mixte « d’étape qui convient pour aujourd’hui », mais on a bien vu dans les différentes prises de positions, que pour certains, le Syndicat Mixte Ouvert était un achèvement et pour d’autre un départ. Quel est ton point de vue ?
réponse

Les Assises de la Métropole ont été un élément fédérateur et fondateur, qui gomme d’une certaine façon (au moins de façon temporaire) le clivage gauche-droite, et rassemble dans la même direction. Philippe Dallier pousse même un cri du cœur dans la Gazette des communes. Il déclare que dans le débat sur le Grand-Paris c’est de Pierre Mansat qu’il se sent le plus proche, parce que « Il croit au fait métropolitain et il a une vraie vision de la gouvernance » C’est réciproque ? Plus sérieusement, quelle est ta vision de la gouvernance ? Peut-on dire que le syndicat mixte ouvert d’étude, c’est de la gouvernance ?
réponse

Quand Christian Blanc déclare « Le syndicat mixte proposé par les collectivités sera utile pour le Grand Paris, car la complexité est telle que la prise de décision est très difficile. Nous nous appuierons sur cette instance, en particulier sur ses groupes de travail. », on a l’impression qu’il s’agit d’une bénédiction du Gouvernement, surtout quand il ajoute que le Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire n’était qu’évoqué par Nicolas Sarkozy. D’un autre côté on a souligné dans certains médias l’insistance que Bertrand Delanoë mettait sur le développement économique, sujet cher à Christian Blanc, et la volonté que Paris participe à cet effort de dynamisation, dans une perspective d’interdépendance. Donc pour l’instant c’est l’apaisement, on va vers une coopération et un co-développement dans le travail sur le Grand-Paris ?
réponse

Propos recueillis par Jean-Paul Chapon à la mairie de Paris

 

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :