Discours de Nicolas Sarkozy

DISCOURS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
Inauguration du Satellite n°3 Roissy Charles-de-Gaulle
Le 26 juin 2007

[…] Je vois en somme deux grands enjeux pour l’Ile-de-France en 2007 : la cohésion et la croissance.

Retrouver la cohésion, c’est simplement reconstruire une ville équilibrée à partir d’une agglomération en voie d’éclatement. L’éclatement ce sont ces familles qui vont habiter à une heure et demie de voiture parce que le logement est trop cher. L’éclatement ce sont ces quartiers qui ne sont reliés au monde que par un bus qui passe tous les quarts d’heure quand il ne se fait pas caillasser. L’éclatement ce sont ces artères démesurées qui libèrent les voitures mais enferment les riverains.

Aux origines de cette agglomération, lorsque Paris s’est constitué, les choses se sont faites différemment. Le mur de CHARLES V est devenu les grands Boulevards, le mur des Fermiers généraux est devenu le boulevard Saint-Jacques et l’avenue Kléber, les fortifications de Thiers les boulevards des maréchaux. On ne créait pas seulement des rocades, mais des places, des carrefours. Mais un fois le Périphérique construit, et franchi, cette ambition, perdue, dans un autre monde. Je crois qu’il faut la retrouver. Retrouver l’esprit du préfet HAUSSMANN dans le Paris de 1860 et de Pierre-Charles L’ENFANT dans le Washington de 1800. Plutôt que de vouloir comme ALPHONSE ALLAIS construire les villes à la campagne, pourquoi ne pas construire une vraie ville dans nos banlieues ? Elles ne manquent pas de l’espace nécessaire, mais de volonté politique et d’une vision coordonnée de l’organisation urbaine, appuyée sur les pouvoirs nécessaires pour la mettre en oeuvre. Pour ne pas toujours construire des logements sociaux là où il y a déjà des logements sociaux. Pour ne pas faire passer systématiquement l’intérêt de chaque commune avant celui d’une métropole, -excusez du peu-, peuplée de 11 millions d’habitants.

Pour développer une vision globale d’aménagement pour la Seine-Saint-Denis, si proche d’ici, mais si isolée du reste de la communauté nationale par ses difficultés exceptionnelles.

Il faut aussi une ambition de croissance. Quand j’étais ministre de l’Aménagement du Territoire, je n’ai jamais voulu mélanger l’ambition essentielle de créer des métropoles fortes en province, et l’ambition inavouable de provincialiser l’Île-de-France. Il n’y aura pas de France forte et ambitieuse si l’Île-de-France se recroqueville sur elle-même. Si elle renonce à construire les plus hautes tours d’Europe. Si elle renonce à attirer les meilleurs chercheurs du monde. Si elle renonce à son ambition d’être une place financière de premier plan. C’est quand même curieux que la grande place financière d’Europe soit Londres où ils n’ont pas d’euros ! C’est curieux ! On a fait l’Europe pour être au coeur de la vie financière et monétaire et non pas pour en être exclus. Les grandes villes de province ont pris un élan démographique, économique, culturel extraordinaire ces dernières années. Je ne vois pas de honte à ce que la métropole parisienne les imite. Mais j’en verrais une à ce qu’elle se laisse distancer par Shanghai, par Londres ou par Dubaï.

Pour finir et pour avancer, j’identifie quatre leviers de changement.

D’abord les infrastructures […]

Deuxième levier de changement, c’est l’urbanisme. […]

L’attractivité dans tous les domaines. La recherche et l’enseignement supérieur.[…]

Il faut enfin l’organisation des pouvoirs. Enfin, Paris est la seule agglomération de France à ne pas avoir de communauté urbaine. Alors qu’elle est la plus grande et la plus stratégique des régions, l’intercommunalité y crée des périmètres sans substance réelle. […]

Tout ceci forme un champ de réflexion immense, mais indispensable. Je ne souhaite pas qu’on adopte un nouveau schéma directeur de la région Île-de-France avant d’être allé au bout de ces questions et d’avoir défini une stratégie efficace. Une stratégie, ce n’est pas un gros mot. Je propose donc que l’ensemble des administrations concernées soient mobilisées dès l’automne 2007 sous l’oeil attentif du Gouvernement pour préparer les propositions d’actions nécessaires dans les champs que je viens d’évoquer, et qu’un comité interministériel d’aménagement du territoire dédié à l’Île-de-France se tienne fin 2008 pour adopter ce nouveau plan stratégique et le schéma directeur correspondant, ainsi que les textes législatifs et réglementaires nécessaires. C’est curieux de résonner en terme d’aménagement du territoire pour les autres régions que pour la première région de France où vivent presque 12 millions de personnes. […]

Nicolas Sarkozy

Intégralité du discours :

discours-de-nicolas-sarkozy-26-06-075

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :