Construire une démarche pérenne de coopération

Pierre Mansat, Extramuros nº 1, Octobre 2001
(Edité par la Mairie de Paris chaque trimestre, Extramuros est un outil de dialogue et d’information destiné à tous les acteurs franciliens de la coopération métropolitain)

Entre l’urgence et “laisser le temps au temps”

Le Maire de Paris, Bertrand DELANOË, m’a confié la responsabilité de développer les relations entre Paris et les différentes collectivités territoriales d’Ile-de-France. Mais au-delà du terme de relations, que nous voulons plus amicales, c’est bien autre chose que nous entendons mettre en œuvre.
Nous voulons travailler, et vite, à de nouveaux rapports. Des rapports d’amitié, d’égalité, de complémentarité.
Nous voulons mettre fin au temps de la domination, de l’opposition, de l’indifférence et de la concurrence.
Prospérité et exclusion, développement et sauvegarde de l’environnement, mobilité accélérée et sociabilité retrouvée sont des défis liés et incontournables, qu’il faut savoir relever ensemble.
Paris et les différentes collectivités d’Ile-de-France, particulièrement celles du cœur de l’agglomération, ont donc tout intérêt à nouer des relations de véritables coopérations, autour de projets partagés.
Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ?
Nous avons engagé une série de rencontres avec les Présidents des Conseils généraux des départements limitrophes (Robert CLÉMENT, Christian FAVIER et André SANTINI, mandaté par Charles PASQUA), Jean-Paul HUCHON, Président de la Région Ile-de-France, la quasi-totalité des Maires des communes limitrophes de Paris, mais aussi les élus de communes moins proches (Achères, Sceaux, Villiers-sur-Marne ou Champigny-sur-Marne, Sevran) et Jean-Pierre DUPORT, Préfet de la Région Ile-de-France.
Un certain nombre de structures intercommunales, d’institutions ou de grandes entreprises publiques (Communauté d’Agglomération Plaine Commune, ACTEP, Mission Plaine de France, RATP, Caisse des Dépôts et Consignations…) sont également associées.
Nous entendons donc dresser un état des lieux de nos relations mutuelles, sans les noircir à outrance et en sachant que, depuis quelques années, elles ont commencé à évoluer.
Une approche prospective avec la volonté de commencer à répondre aux grands enjeux à venir avec, en particulier, l’exigence de réduire les inégalités spatiales qui reflètent des inégalités sociales et qui créent des lignes de fractures fortes dans notre région. Lignes de fractures qui s’expriment à Paris même. Cela nécessite un degré de connaissances partagées bien plus approfondi des phénomènes territoriaux et urbains.
C’est l’un des objectifs de la rencontre du 5 décembre 2001.
Rencontre dont le Maire de Paris a pris l’initiative et qui ambitionne de relancer et d’intégrer avec nos partenaires un large débat démocratique sur l’avenir de ce qui fonde nos liens.

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :