Le croissant des plan-masse

Jean-Louis Cohen, Andre Lortie © Des fortifs au périf. Tous droits réservés.

 

Sur le terrain, les viaducs à coupé élégante et les remblais aux talus souvent surdimensionnés compromettent la vision initiale d’un “lien organisé” entre les quartieres peripheriques de Paris et des communes limitrophes, évoques dans les phases preliminaries du prject. Double par les larges étendues des équipements sportifs l’autoroute annulaire renforce la coupure morphologique induite par la construction de l’enceinte de Thiers, et que le plan en 1924 s’efforçat précisament de réparer, en rétablissant la centaine de voies radials tronquées par le rampart. Certes, qux grands échangeurs s’ajoutent 66 voies parvenant à traverse le Péripherique. Parfois au prix d’un parcours ingrate dans les délaissés aérioens ou souterrains d’un boulevard souvent génPreux en espaces gaspiellés. Pendant que le serpent de beton peripherique achenvait sa lente reputation autour de Paris, les ensembles d’habitation programmés en 1954 étaintent pour l’essentiel realizes. Un paysages plus proches des zones à urbaniser en priorité de la banlieu que del HBM de l’entre-deux- guerres s’est ainsi formè, faisant parfois irruption jusque sur le boulevard Maréchaux où certains tarrains affectés à l’habitation par le plas de 1924 étaient restés vacant.


Dans la lecture longitudinal que permet la circulation sur le Peripherique, le tissu nouveau égrène un dispositif contrasté, dans lequel certains secterus sont sominés par les écrans linéares des barres scandés par lerus pignons, notemment au sud, alors que d’autre sont rythmés par les coups plus incisive des tours de Raymond Lopez, au nors. Dans une lecture trasversale, il apparait que les effets générateurs lies au mécanisme de la compensation ont été inégalement renforcés par les solidarities culturelles entre les ensembles de la zone de certains renovations urbaines.

Si le plan-masse de 1953 ont occasionnellement été suivis d’effets dans Paris, comme sur le boulevard Brune, face au square du Docteur-Calmette, où la périphérie des abattoirs de Vaugiard a été entièrement rénovée dans les années soixante et soixante-dix, avant que les abattoirs ne soient eux-meme transmutes en jardin, ils ont plus rarement été initiateurs de changement du coté de la balieu. Les grandes renovation urbaines de Gentilly se sont, par example, plus facilement tournées vers l’autoroute A6 que vers le boulevard. A l’exception de la porte de Vincenne, où le immeubles de Bailleau étatient censés dés origine traverser le Peripherique, les franges exterieures de la nouvelle autoroute urbaine sont trasofrmées à partir de logiques determines par les politiques communales de la banlieu substituent au tissue pavillonaire et artisanal des operation monoblocs, comme cet immeuble-ilot de INSEE, porte de Vanves, ou encore l’ensemble à peine moins compact de la porte de Chatillon. C’est un changement prograssif d’echelle don’t le Peripherique est directrice et, comme l’écrit Jaques Réda au soject de cette banlieu immediate de la porte de Vanves, “un immeuble de vingt-trois étages part derriére comme un coup de canon, sans troubler le refrognement particulariste de la brique pavillonnaire et des fusains.

Hormis le plan masse de la porte de Vincennes, critiqué en son temps pour sa rigidité, cette géneration d’ensembles d’habitation, entre pour sa rigidité, cette génération d’ensembles d’habitation, entre lesquels les forms plus libres des groups scolaires offrent des manierès d’oasis architecturaux, se distingue aujourd’hui essentiellement par son mépris pour les espaces urbains adjacemts. Ce mépris est sans doute à l’origine de la faillite de cette tentative d’articulation spatial entre Paris et la banlieu, mais aussi pourrait-il etre éventuellement par l’ampleur des reserves fonciéres ainsi assures, à l’origine d’une strategie de reconquete afficace. La monotonie de la cincture de briques, tant déecrire par tous dans l’immediat aprés-guerre, est bien relative à coté de celle de certains de ces immeuble déconnectés de leur environnement, renvoyant moins à la ville qui les supporte qu’au réseau eclaté des grands ensembles, fragments d’une réponse statistique au proangeurs, problem du logement et de l’aménagement du territorie. Il n’est pas meme sur qu’ils aient realize le voeu formule en 1908 par Louis Dausset, qu’inquitait la pression éventuelle des nouveaux immeubles de la ceinture sur les valeurs fonciéeres parisiennes: cette presence muette du longement industrialisé n’a guére bouleversé le marché de l’habitation. Avec l’achevement du Peripherique, un nuveau paysage est donc en place, fait de tranchées, de viaducs, d’échangeurs, dans le quell de nouveaux plans de vision se dégaget. Emergent ainsi des horizons lointains sur Paris et la banlieu, alternant avec le horizons proches de batiments dont la face prosaique, jusque là cache, est soudain dévoilée, et les horizons volontaires et abuts de nouveaux edifices s’affichant sur le boulevard. Un paysages de mouvements de terrains et d’a-pics proposant à nouveau, en negative cette fois, la coupure linéaire et annulaire d’une enceinte de Thiers dont le premier bastion sera en definitive pieusement épargné, envelope qu’il est dans l’échangeur de Bercy.


 

Publicités

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :