Annexion des communes suburbaines en 1860

  • Danielle Chadych et Dominique Leborgne,  in Atlas de Paris, évolution d’un paysage urbain, Editions Parigramme, 1999
  •  

    Par la loi du 16 juin 1859, onze communes entières et treize fractions de communes furent annexées à Paris, portant la superficie de la capitale à 7 802 hectares et sa population à 1 600 000 personnes.

    L’œuvre administrative d’Haussmann

    Haussmann, nommé préfet de la Seine en 1853, prépara patiemment l’annexion durant sept ans. La commission d’études qu’il forma en 1856 devait résoudre d’urgence un épineux problème : Les embouteillages provoqués à la barrière de l’Etoile par l’afflux des voitures et des cavaliers qui se rendaient au bois de Boulogne.

    La solution était d’agrandir la place de l’Etoile en utilisant des terrains appartenant à Passy et à Neuilly et de reporter l’octroi à la porte Maillot. Haussmann saisit cette Circonstance pour proposer six projets d’extension des limites de Paris, tous accueillis avec hostilité.

    Deux hypothèses furent finalement retenues : soit l’annexion restreinte de Passy, Auteuil et des Ternes, soit l’annexion complète de la couronne.

    La décision politique

    En 1859, Napoléon III songeait de plus en plus à un Grand Paris, englobant tout le département de la Seine ainsi que Saint-Cloud. Sèvres et Meudon.

    Une campagne de presse s’employa à convaincre l’opinion de la nécessité de l’annexion. 1’argument principal avancé par Delangle, ministre de l’interieur.se fondait sur l’équité : « La population installée dans la zone intermédiaire ne doit son existence et sa prospérité qu’à Paris. Ces communes doivent donc supporter les charges et les dépenses de toute nature qui sont imposées à la ville dans l’intérêt commun. » Le moniteur: 13 février 1859.)

    Les conseils municipaux des communes concernées furent consultés. Ceux de La Villette. La Chapelle. Belleville, Bercy, craignant que les droits d’octroi n’entrainent la hausse des prix, s’opposèrent en vain à l’annexion. L’octroi devint une arme pour dissuader les industriels de demeurer ou de s’établir dans la zone intra-muros, le but implicite étant de diminuer l’importance de la classe ouvrière dans la ville.

    La loi fut promulguée le 3 novembre 1859 : les limites de Paris étaient portées jusqu’au pied du glacis de l’enceinte fortifiée de Thiers. Pour ce faire, ou détruisit le mur des Fermiers généraux. Haussmann divisa la capitale en 20 arrondissements redécoupés eu 80 quartiers, dont les démarcations suivaient en général les boulevards ou les limites des anciennes communes.

    à partir du 1″ janvier 1860, l’octroi fut étendu à toute la ville. Les services de perception se déplacèrent, aux portes de l’enceinte de Thiers. Cependant, l’exemption de taxes pendant cinq ans et le droit de stocker les marchandises furent accordées aux usines, commerces et entrepôts implantés dans la couronne.

    Passé ce délai, les entreprises émigrèrent dans la zone extérieure aux fortifications, où s’était déjà réfugiée la population la plus démunie. L’enceinte de Thiers fit désormais figure d’un seuil à la fois politique, administratif, fiscal et militaire.

    Advertisements

    Les commentaires sont fermés.

    %d blogueurs aiment cette page :