Paris et la métropole

© Paris.fr

État des lieux, projets parisiens pour faire métropole à horizon 2014 et propositions pour une gouvernance éclairée et efficace…

L’histoire de Paris est un mouvement incessant. Depuis 2001, Bertrand Delanoë a inscrit, dans sa politique, la construction de la métropole comme un objectif en soi à la mesure de l’importance des enjeux qu’elle implique ; le développement et l’attractivité du territoire parisien, le maintien du rang de métropole mondiale et le rôle de ville monde de Paris. Dans cet esprit, Pierre Mansat, Adjoint au Maire en charge de Paris Métropole et des Coopérations interterritoriales, depuis plus de dix ans, a créé les conditions d’un dialogue avec ses voisins. Cette démarche a abouti, en 2006, au lancement de la Conférence métropolitaine, suivie en 2009 du syndicat Paris Métropole. Avec plus de 200 représentants, cette instance témoigne d’une prise de conscience des élus de l’agglomération de la nécessité de bâtir un territoire cohérent, harmonieux et commun.

La vision métropolitaine du développement de la capitale s’est peu à peu imposée comme l’échelle pertinente, et ce, pour tous les acteurs. Préalable à  cette vision, les projets de coopération menés par Paris avec les autres communes d’Ile de France, ont permis de mettre en œuvre sur le territoire de la métropole des actes concrets porteurs de sens.

» Pour en savoir plus sur les actes concrets
  
Mais pour engager la progression métropolitaine souhaitée aujourd’hui par l’exécutif municipal parisien, la métropole doit s’inscrire plus largement dans les politiques publiques parisiennes… Paris a un rôle à jouer dans ce mouvement : elle se doit d’être exemplaire.

C’est pourquoi, Bertrand Delanoë a missionné Jean-Pierre Caffet pour établir le bilan « métropolitain » des politiques publiques parisiennes et proposer des perspectives d’évolution pour renforcer la dimension métropolitaine de l’ensemble des politiques publiques parisiennes. Parmi les 150 propositions présentées dans ce rapport, la municipalité a retenu 30 actions pour 2014. Ensemble cohérent pour construire une métropole durable, plus solidaire, plus attractive et plus citoyenne, ces actions impliquent un véritable changement des mentalités et doivent amener l’administration parisienne à revoir certains modes de fonctionnement.

» Pour en savoir plus sur les 30 actions pour 2014

Parallèlement, la municipalité parisienne souhaite que la métropole se dote d’outils opérationnels et innovants pour pouvoir agir en priorité sur quelques sujets stratégiques. Une nouvelle étape doit être franchie et cela passe par le changement d’une instance qui fonctionne : Paris Métropole.

Paris Métropole est un syndicat d’études qui rassemble aujourd’hui presque 200 collectivités franciliennes. Il a permis l’affirmation politique de la métropole. Cette émergence politique du fait métropolitain est une réalité que l’on observe sur toute la scène mondiale – Londres, Berlin, New-York, et plus récemment Milan. Mais chaque construction métropolitaine a ses propres caractéristiques. Le Grand Londres s’est construit sans Ville-centre ou région correspondant à l’aire urbaine. A l’inverse, la gouvernance de la métropole madrilène laisse une place prépondérante à la municipalité de Madrid.

Dans Paris Métropole, une nouvelle culture démocratique s’invente chaque jour. Des propositions fortes ont émergé, notamment sur la péréquation financière ou le logement : 110 initiatives ambitieuses y ont été lancées pour faire vivre la réalité métropolitaine. Paris Métropole est devenu aujourd’hui un lieu écouté, reconnu, y compris par la loi qui lui a conféré un pouvoir consultatif, notamment sur le réseau de transport régional. Pour autant, Paris Métropole est un syndicat d’études, et ne peut, en l’état de ses statuts, exercer des compétences d’orientation et d’action. Pour Paris : il est donc temps de lui donner les moyens d’agir.

Plusieurs domaines sont concernés. 

Identifié comme prioritaire dès 2009 par le Maire de Paris, le logement et la crise qu’il connaît ont besoin d’intervention publique tant pour garantir les droits que pour favoriser la mixité sociale. 
La création d’une autorité métropolitaine du logement apporterait une réponse efficace en développant un outil métropolitain opérationnel décisif. Cette autorité pourrait avoir une compétence générale de programmation sur l’ensemble de son territoire, la capacité à impulser, à financer (par la délégation des aides à la pierre de l’Etat notamment), à mettre en oeuvre des projets structurants, à initier, en cas de carence locale, des procédures en lien avec l’Etat pour se substituer aux collectivités défaillantes. Priorité pour 2012 : Bertrand Delanoë a exposé dans sa communication au Conseil de Paris, le 6 février 2012, son souhait que Paris Métropole propose un projet de loi en ce sens d’ici juin. Les missions, la gouvernance et le périmètre de cette autorité doivent encore débattus.

L’attractivité économique, touristique, l’innovation et la recherche est également au cœur des enjeux métropolitains. Si, la Région est compétente et garante par son schéma de développement économique des orientations et de la cohérence de l’ensemble des actions de développement économique, de promotion et d’attractivité du territoire, du soutien à l’innovation, etc. des problématiques spécifiques demeurent au sein de la zone dense bâtie de la métropole francilienne, qui concentre 93% des emplois. Il s’agit de mieux se coordonner à cette échelle pour mutualiser nos efforts et multiplier les opportunités notamment en termes d’emploi. La création d’un conseil de développement économique et durable est donc envisagée pour coordonner et impulser les réponses à apporter à cette échelle.

 Depuis les lois « Grenelle de l’environnement », les collectivités locales doivent élaborer des plans climat-énergie territoriaux, dans le cadre des schémas régionaux de cohérence écologique et des schémas régionaux du climat, de l’air et de l’énergie, élaborés par la Région. Dans ce cadre, la zone dense bâtie concentre quelques problématiques spécifiques qui doivent être traitées à cette échelle: réduction de l’empreinte écologique du bâti, des émissions de gaz à effet de serre, promotion des énergies alternatives, la question des réseaux de chaleur… La nécessité de coordonner les différents plans climat territoriaux s’impose avec pour objectif un plan climat d’échelle métropolitaine pour une performance énergétique accrue. La création d’une agence métropolitaine du climat est donc proposée, pour développer des projets sur  le territoire métropolitain, fixer aux collectivités des objectifs communs, coordonner et partager des pratiques et des actions.

» Pour en savoir plus lire la communication du Maire de Paris au Conseil de Paris au format pdf 

 

Interview de Pierre Mansat, Adjoint au Maire en charge de Paris Métropole et des Coopérations interterritoriales, par mairiedeparis

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 116 autres abonnés

%d bloggers like this: